Aspirine

«La semaine dernière, j’ai pris deux cachets d’aspirine contre un violent mal de tête. Depuis j’ai lu que l’aspirine pouvait causer des ennuis à la naissance. Je suis catastrophée.»

Pour la plupart des gens, l’absorption occasionnelle d’aspirine est aussi efficace qu’inoffensive. Mais pendant la grossesse, l’aspirine et les nombreux médicaments ordinairement en vente libre revêtent un danger potentiel. Si vous avez pris un ou deux cachets d’aspirines occasionnellement pendant le 1er trimestre, ne vous alarmez pas. Ils seront inoffensifs pour votre bébé. On estime qu’une femme sur deux prend au moins une dose d’aspirine pendant sa grossesse, et cela sans conséquence dramatique. Cependant, à l’avenir, rappelez-vous que l’aspirine, comme n’importe quel médicament, ne devrait être prise qu’en cas d’absolue nécessité et uniquement avec l’accord d’un médecin qui sait que vous êtes enceinte.

Pendant le 3e trimestre, même un ou deux cachets d’aspirines peuvent être dangereux. Ils sont anti prostaglandines et les prostaglandines font partie du mécanisme de l’accouchement: l’aspirine peut donc prolonger la grossesse ainsi que le travail et entraîner d’autres complications pendant l’accouchement. L’aspirine empêche la formation de caillots. En absorber pendant les deux mois précédant l’accouchement peut donc provoquer des hémorragies pendant le travail ainsi que des problèmes de saignement chez le nouveau-né.

Par ailleurs, vous pouvez absorber de faibles doses d’aspirine (moins d’un demi-comprimé par jour) de manière attentive et en vous faisant surveiller médicalement si cela entre dans le traitement de problèmes d’immunologie (comme le lupus), pour arrêter un travail prématuré, pour prévenir une toxémie ou les retards de croissance du fœtus. Il semble que l’aspirine ne constitue pas un danger dans ces circonstances.

L’absorption d’un substitut à l’aspirine n’est pas vraiment une solution pendant la grossesse. On sait que l’usage modéré de paracétamol pendant la grossesse ne cause pas de problèmes, mais n’en prenez qu’en cas d’absolue nécessité et uniquement avec l’approbation de votre médecin. Il faut éviter au maximum d’absorber des médicaments pendant la grossesse, mais cela n’est pas toujours possible. Quelquefois, ces produits sont l’unique moyen d’enrayer une douleur ou de faire baisser la fièvre. Le meilleur principe à suivre pendant la grossesse est toujours d’essayer de remédier à ses maux sans médicaments; quand cela ne suffit pas, on peut alors faire appel à des produits dérivés du paracétamol, sous contrôle médical.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Aspirine | Guide de Nourrison