Asthme

journee-mondiale-de-l-asthme-6268_w1000

L’asthme est moins une maladie qu’un état, et l’hypersensibilité en est une cause première. Chez les sujets souffrant d’asthme, les muqueuses tapissant les voies respiratoires sont si sensibles qu’elles réagissent non seulement à l’allergène, mais encore à toute infection ou à toute émotion désagréable, et sécrètent du mucus en excès. Le rejet de l’air inspiré devient difficile et sifflant. La gêne est telle que le visage pâlit et que quelquefois les lèvres bleuissent. Une des causes du mal, l’allergène, est en suspension dans l’air et l’enfant le respire : cela peut être une poussière, du pollen, des fragments de duvet, des spores de champignons, etc.

Mais attention, certains petits bébés ont parfois la respiration sifflante lorsqu’ils font une bronchite ou une inflammation des bronchioles (conduits de petit calibre). Ce serait donc une erreur de dire qu’un bébé qui a une respiration sifflante est asthmatique.

Quand il grandira, les bronchioles s’élargiront et la respiration se normalisera.

Que faire ?
Si votre enfant fait souvent des crises d’asthme, demandez à votre médecin de vous adresser à un pédiatre spécialiste des voies respiratoires. Quand l’enfant aura grandi, il pratiquera des tests à l’aide de divers allergènes pour déterminer celui auquel il est particulièrement sensible. Quand la cause sera connue, vous parviendrez à la faire disparaître de l’environnement de votre enfant. Par exemple, s’il est sensible à la fois aux plumes et aux poussières domestiques (qui sont les causes les plus fréquentes des crises d’asthme), il faudra éliminer les couchages contenant des plumes ou duvets et veiller à ce qu’il n’y ait pas un grain de poussière dans le mobilier, les tapis ou tentures de sa chambre. L’élément responsable de cette allergie est une petite mite qui se loge dans les poussières de la maison. On en trouve toujours en plus grand nombre dans les maisons humides que dans les maisons sèches, de sorte qu’il faut évidemment s’attendre à ce qu’un asthmatique soit plus malade dans une habitation humide que dans un lieu sain.

En plus du facteur allergique, un facteur émotionnel intervient presque toujours dans les crises d’asthme. Les enfants asthmatiques sont en général très sensibles, et ils sont souvent intelligents, voire brillants. Il est en conséquence important de tout faire pour améliorer l’atmosphère de la maison et amoindrir les tensions nerveuses auxquelles l’enfant est soumis.

Il serait toutefois dangereux de tomber dans l’excès. De nombreux parents d’asthmatiques sont exagérément inquiets, surprotecteurs et poussent tout à l’extrême, de sorte que la famille entière vit en fonction du petit malade. Ce n’est pas une bonne façon de faire, car l’enfant apprendra rapidement à manipuler tout son entourage en s’appuyant sur le déclenchement éventuel d’une crise.

Le traitement de l’asthme est assez compliqué, aussi demandez à votre pédiatre de vous indiquer clairement ce que vous devez faire en temps normal et comment vous devez agir lorsqu’une crise éclate.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Asthme | Guide de Nourrison