Aversions pour des aliments et envies

nutrition-grossesse

«Certains aliments — en particulier les légumes verts — que j’ai toujours aimés ont maintenant un drôle de goût. Par ailleurs, j’ai envie d’aliments qui sont moins nourrissants.»

Le cliché du mari affolé qui court au milieu de la nuit, un imperméable jeté sur son pyjama, à la recherche d’une livre de fraises ou d’un pot de cornichons afin de satisfaire les envies de sa femme, se produit probablement plus souvent dans la tête des scénaristes que dans la vie. Il est rare que les envies des femmes enceintes les mènent — ou leur mari — aussi loin.

Mais certaines d’entre nous se rendent compte que leurs goûts en matière de nourriture changent quelque peu en début de grossesse. La théorie, qui a cours depuis longtemps, selon laquelle ces changements seraient des signaux (que notre corps ait envie d’aliments qui lui sont nécessaires ou qu’il nous avertisse d’en éviter certains) semble sensée. Comme lorsque le café noir, qui accompagnait votre journée de travail, devient totalement écœurant. Ou que l’apéritif avant le dîner vous semble trop fort même quand il est peu alcoolisé. Ou qu’il vous prend soudain une envie d’agrumes ou de fromages insatiable.

Inversement, si vous ne pouvez pas supporter la vue du poisson, ou si tout à coup le chou-fleur vous semble amer, ou encore si vous avez envie de frites, il paraît douteux que votre estomac vous envoie les bons signaux.

Le fait est qu’on ne peut se fier de façon notoire aux signaux du corps en matière de nourriture, probablement parce que nous nous sommes tellement éloignées de la nature que nous ne pouvons plus les interpréter convenablement.

Mais vous ne pouvez pas ignorer complètement les aversions et les envies. Vous pouvez cependant y faire face tout en respectant les besoins nutritifs de votre bébé. Si vous avez des envies d’aliments qui sont bons pour vous et votre bébé, de grâce, n’hésitez-pas, mangez-les. Si vous avez des envies d’aliments que vous savez mauvais, cherchez alors un substitut satisfaisant: des produits laitiers, par exemple.

Si vous avez une soudaine aversion pour l’alcool ou le chocolat, tant mieux, cela vous aidera à les abandonner pendant la grossesse. Si vous ne pouvez tolérer le poisson, le chou-fleur ou le lait, vous ne devez pas vous forcer à en manger, mais chercher des aliments qui remplacent les sources nutritives qu’ils fournissent.

La plupart des envies et des dégoûts disparaissent ou diminuent après le 4e mois, sauf certains qui peuvent être provoqués par des besoins émotionnels — le besoin d’un peu plus d’attention, par exemple.

Si vous et votre mari arrivez â cerner ce besoin, il devrait être facile â contrôler. Vous pourriez, au lieu de manger une barre de chocolat au milieu de la nuit, aborder le problème différemment en proposant un bain romantique ou un câlin, par exemple.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Aversions pour des aliments et envies | Guide de Nourrison