grossesse-gemellaire

«J’ai butté sur un trottoir aujourd’hui et je suis tombée ventre en avant sur le ciment. Je ne m’en fais pas pour mes genoux et mes coudes éraflés, mais j’ai peur d’avoir blessé mon bébé.»

Une femme dans les trois derniers mois de sa grossesse n’est pas exactement la plus agile des créatures terrestres. Un sens de l’équilibre affaibli, en raison du déplacement de son centre de gravité, et des articulations moins stables augmentent sa maladresse et la prédisposent à des chutes bénignes — souvent sur le ventre. Sans compter sa tendance à la fatigue, ses préoccupations et ses rêveries, et sa difficulté à voir ses pieds pardessus son ventre.

Mais alors qu’une chute sur le bord du trottoir peut vous laisser des éraflures et des contusions (surtout d’amour-propre), il est extrêmement rare qu’un fœtus souffre de la maladresse de sa mère. Votre bébé est protégé par le pare-chocs le plus sophistiqué du monde, composé de liquide amniotique, de solides membranes, d’un utérus musclé, et d’une cavité abdominale robuste, en général. Pour franchir ce barrage et blesser votre bébé, il vous faudrait subir de très sévères blessures qui vous amèneraient probablement à l’hôpital.

Même si votre chute est probablement sans conséquences, avertissez néanmoins votre médecin. Il demandera peut-être à vérifier les battements cardiaques de votre bébé — principalement pour calmer vos inquiétudes. Cependant, s’il vous arrivait de noter des saignements ou un écoulement de liquide amniotique, ou de sentir que votre bébé est soudainement inerte, demandez une aide médicale immédiatement. Faites-vous conduire à la maternité si vous ne pouvez joindre votre médecin.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Chutes | Guide de Nourrison