Continuer à travailler

grossesse-travail (1)

« Je travaille à mon compte et j’avais l’intention de continuer jusqu’à mon accouchement. Est-ce raisonnable ? »

De nos jours, alors que la majorité des femmes enceintes pour la Ie fois travaillent, on se pose de nombreuses questions sur les répercussions de leur activité sur le fœtus. Vous connaissez peut-être des femmes qui ont atterri directement à la maternité au sortir du bureau pour y accoucher de bébés en parfaite santé. Néanmoins, des études prouvent que stress et surmenage pendant la dernière moitié de la grossesse contribuent à la naissance de bébés prématurés ou plus petits que la normale. Il a été démontré que le travail physique ardu pendant la grossesse retarde la croissance du fœtus et augmente la mortalité fœtale et néonatale.

Il semble que les femmes dont le travail est physiquement pénible et qui continuent à travailler passée la 28e semaine donnent naissance à des prématurés ou à des bébés dont le poids est quelque peu inférieur à la moyenne. Les risques augmentent si la femme travaille debout jusqu’à terme. S’il n’est pas évident qu’un poids de naissance inférieur ou une naissance prématurée se traduisent plus tard par des problèmes physiques ou mentaux, ce n’est pas une raison pour donner, avant sa naissance, un handicap à votre enfant.

Les femmes qui travaillent debout — serveuses, cuisinières, vendeuses, infirmières, etc. — devraient-elles continuer après la 32e semaine? Probablement pas. On recommande généralement aux femmes dont le travail exige de rester debout quatre heures par jour de quitter leur emploi vers la 28e semaine, et à celles qui doivent rester debout 30 minutes par heure, de le quitter vers la 32e semaine, mais certains médecins permettront aux femmes qui se sentent bien de demeurer au travail un peu plus longtemps, notamment si elles travaillent en indépendant. Cependant, travailler debout jusqu’à l’accouchement n’est pas indiqué, surtout si l’on songe aux risques d’aggravation, entre autres, des maux de dos, des varices et des hémorroïdes.

Les femmes dont le travail exige de soulever des objets, de grimper (des escaliers ou des échelles) ou de se pencher en dessous du niveau de la taille, feront bien de s’arrêter à la 26e semaine, si ce genre de travail est intensif, et à la 28e semaine, s’il est modéré.

Quelle que soit la date que vous aimeriez choisir pour arrêter de travailler, en restant en accord bien sûr avec la législation du travail en vigueur (voir encadré ci-dessous), il existe divers moyens de réduire le stress du travail pendant la grossesse :

– Portez des bas ou des collants de contention veineuse.

– Faites des pauses souvent levez-vous et marchez si vous travaillez assise; asseyez-vous avec les pieds surélevés si vous travaillez debout. Faites des exercices d’étirement, pour votre dos et vos jambes.

– Arrétez-vous dès que vous êtes fatiguée.

– Au bureau, gardez les jambes surélevées autant que possible (sur un tabouret ou un carton).

– Si vous restez debout pendant de longues périodes, posez un pied sur un tabouret, le genou plié, pour diminuer la fatigue dans le dos.

– Si vous continuez à travailler, diminuez vos activités sportives comme la course, le tennis, l’escalade, etc. Plus votre travail est fatigant, plus vous devez réduire les autres activités.

– Étendez-vous sur le côté gauche pendant votre heure de repas, si c’est possible. Dormez sur le côté gauche la nuit.

– Évitez les endroits enfumés.

– Évitez les émanations toxiques et les produits chimiques.

– Évitez les températures extrêmes.

– Videz votre vessie régulièrement.

– Si votre travail exige que vous marchiez ou que vous restiez debout, écourtez vos horaires, si possible, et allongez vos temps de pause.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Continuer à travailler | Guide de Nourrison