doutes-peurs

«Maintenant que mon ventre est rond, je réalise vraiment que je suis enceinte. Même si cette grossesse était désirée, je me mets à douter et il m’arrive de me sentir piégée par le bébé.»

Même les parents les plus désireux d’avoir un enfant peuvent être surpris (et même se sentir coupables) de remettre en cause leur décision quand la grossesse se concrétise. Un petit intrus invisible vient soudain de surgir entre eux, les privant d’une harmonie acquise avec le temps et réclamant une attention — tant physique qu’affective — que personne jusqu’alors n’avait demandée. Cet enfant, bien avant sa naissance, dérange tous les aspects quotidiens de leur vie — la façon de passer leurs soirées, ce qu’ils mangent et boivent et même leur manière de faire l’amour. Savoir que ces changements se feront plus nets encore après l’accouchement bouscule leurs sentiments déjà confus et augmente leurs appréhensions. Une certaine ambivalence, une petite peur voire une légère hostilité sont normales et même saines — tant qu’on les analyse et qu’on les admet. C’est le moment de le faire.

Débarrassez-vous, avant la naissance du bébé, de vos ressentiments et de votre frustration de ne plus pouvoir sortir aussi tard le soir, de ne plus pouvoir vous évader aussi souvent le week-end et d’être obligée de gérer votre temps et de vous ménager : ce sera ainsi chose faite après la naissance. Essayez de partager vos sentiments avec votre conjoint — et encouragez-le à vous faire part de ses appréhensions.

Il est vrai que votre vie ne sera plus jamais comme avant lorsque vous serez trois. Mais à mesure que disparaîtront certaines activités de votre vie, d’autres verront le jour. Il est possible que vous vous sentiez renaître grâce à l’arrivée de votre bébé. Et cette nouvelle vie peut devenir plus passionnante que celle que vous avez vécue jusqu’à présent.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Doutes | Guide de Nourrison