Fausses couches tardives

d-fausse-couche

«Il paraît que passé les trois premiers mois, les fausses couches ne sont plus à craindre. Mais je connais une femme qui a perdu son bébé au cours du 5e mois.»

Bien qu’il soit fondamentalement vrai qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter après le 1er trimestre, il arrive cependant parfois qu’une femme perde son bébé entre la 12e et la 20e semaines. On appelle ça une fausse couche tardive. Celles-ci représentent moins de 10 % des fausses couches et se produisent rarement pendant les grossesses sans risque et sans incident. Après la 26e semaine, lorsque le fœtus pèse plus de 500 g et qu’il a une chance de survivre, avec des soins appropriés, en dehors de l’utérus, on considère cela comme une naissance prématurée et non plus comme une fausse couche.

Contrairement aux causes d’une fausse couche précoce, qui se rapportent au fœtus, les causes de la fausse couche pendant le 2e trimestre sont habituellement liées au placenta ou à la mère. Il peut arriver que le placenta se décolle prématurément de l’utérus, qu’il soit anormalement implanté, surtout en cas de malformation utérine, ou qu’il ne produise pas les hormones nécessaires à la poursuite de la grossesse.

Il est possible que la mère ait pris certains médicaments ou subi une opération qui affecte ses organes pelviens ; ou encore elle peut souffrir d’une sévère infection, d’une maladie chronique impossible à soigner, d’une importante malnutrition, d’un dysfonctionnement endocrinien, d’une incompatibilité du facteur Rhésus avec le fœtus qui n’a pas été traitée, de myomes (tumeurs de l’utérus), d’une malformation de l’utérus ou d’une béance du col. Enfin, les traumatismes physiques importants, comme les accidents, semblent favoriser les fausses couches.

Les symptômes avant-coureurs d’une fausse couche au cours du 2e trimestre comprennent des pertes roses pendant quelques jours ou des pertes brunes abondantes et des contractions utérines plus ou moins douloureuses. A ce stade, on prescrit souvent le repos alité. Si les traces de sang disparaissent, c’est plutôt rassurant et vous pouvez reprendre une activité normale après avis médical Cependant, si on découvre que votre utérus a commencé à se dilater, on peut diagnostiquer une béance du col et pratiquer dans certains cas un cerclage lune suture pour fermer l’utérus jusqu’aux dernières semaines de la grossesse). Cela peut souvent prévenir la menace de fausse couche. Si, d’autre part, les traces de sang se transforment en saignements abondants et sont accompagnées de contractions, la fausse couche est imminente et probablement inévitable. L’hospitalisation est nécessaire pour prévenir l’hémorragie ; la persistance des contractions et des saignements, après une fausse couche, indique que la fausse couche est incomplète el il faudra peut-être pratiquer un curetage pour assurer la vacuité utérine.

En déterminant les causes d’une fausse couche tardive, il est possible d’empêcher que cette tragédie ne se reproduise. Si on a diagnostiqué une béance du col, on peut prévenir une fausse couche ultérieure par un cerclage au début de la grossesse, avant que le col ne commence à se dilater. Si la cause est une insuffisance hormonale, une substitution d’hormones peut permettre aux futures grossesses de se dérouler normalement. On peut aussi surveiller les maladies chroniques, telles que le diabète ou l’hypertension, et éviter les infections aiguës ou la malnutrition. Enfin on peut, dans certains cas, corriger une malformation de l’utérus ou des fibromes par la chirurgie, avant la conception.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Fausses couches tardives | Guide de Nourrison