Hémorragie postnatale

ventre-vide

L’hémorragie postnatale (des saignements difficiles à contenir) est une complication de grossesse grave, mais exceptionnelle. Rapidement traitée, elle met rarement la vie en danger, comme c’était le cas dans le passé. Ces saignements excessifs peuvent survenir pour différentes raisons: l’utérus est flasque et n’exerce plus de contractions suite à un travail long et épuisant (inertie utérine); l’accouchement a été traumatisant pour le col ou le vagin; l’utérus est distendu à l’excès, à cause d’une grossesse multiple, d’un gros bébé ou d’une surabondance de liquide amniotique ; le placenta ne se décolle pas ou s’est prématurément décollé ; des fibromes empêchent les contractions symétriques de l’utérus; la mère, au moment de l’accouchement, est particulièrement faible physiquement (à cause, par exemple, d’une anémie, d’une toxémie ou d’une fatigue extrême).

Ce type d’hémorragie peut survenir immédiatement après l’accouchement, si des déchirures du col, du vagin ou des parois du bassin ou une rupture du périnée sont restées sans soins ou si l’utérus s’est rompu. L’hémorragie peut survenir jusqu’à une semaine ou deux après l’accouchement quand il reste des fragments du placenta dans l’utérus. Quand l’hémorragie postnatale survient tout de suite après l’accouchement ou quelques semaines plus tard, une infection peut encore en être la cause. En de rares occasions, l’hémorragie survient parce qu’on n’avait pas décelé chez la mère de saignements correspondant à un problème génétique ou provoqués par l’absorption d’aspirine ou d’autres médicaments nuisant à la coagulation. C’est assez souligner l’importance de l’examen du placenta, du périnée, du bassin et du col après tout accouchement, afin de prévenir, d’éviter dans la grande majorité des cas, ces problèmes d’hémorragies parfois très graves.

Symptômes et signes. Des saignements anormaux après l’accouchement: le sang sature plus d’une serviette à l’heure pendant plusieurs heures ou il continue, sans ralentir, à être rouge clair quatre jours après l’accouchement, malgré un ralentissement des activités de la mère ; des lochies à l’odeur nauséabonde; de gros caillots sanguins ; des douleurs ou un gonflement dans la partie basse de l’abdomen, plusieurs jours après l’accouchement.

Traitement. Selon la cause de l’hémorragie, le médecin tentera une ou plusieurs des méthodes suivantes pour contenir les saignements: des massages utérins stimulant les contractions; l’administration de médicaments favorisant les contractions utérines (ocytociques); la recherche de déchirures et, le cas échéant, leur suture ; l’extraction de tout fragment de placenta resté dans l’utérus. Si les saignements ne cessent pas rapidement, on prendra des mesures plus énergiques: perfusions et, si nécessaire, transfusions sanguines ; administration de substances coagulantes, quand le sang coagule difficilement, et d’antibiotiques pour prévenir l’infection. Quand toutes les tentatives pour arrêter l’hémorragie échouent, on doit enlever l’utérus. Mais la plupart du temps, les traitements sont efficaces et la mère se remet aisément d’une hémorragie postnatale.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Hémorragie postnatale | Guide de Nourrison