Infection postnatale

post-natal-depression

Une infection due à l’accouchement reste rare chez une femme qui a bénéficié de bons soins médicaux et vécu un accouchement sans complications. L’infection postnatale la plus courante est l’endométrite, une infection de la muqueuse qui tapisse l’utérus et qui est fragilisée après le décollement du placenta (cette muqueuse se nomme l’endomètre).

L’endométrite peut apparaître après un accouchement par césarienne survenu à la suite d’un travail prolongé ou d’une rupture de la poche des eaux. On retrouve aussi quelquefois cette infection quand un fragment du placenta est resté dans l’utérus. Le problème peut aussi se poser à la suite d’une déchirure du col ou du vagin.

Symptômes et signes. Les symptômes varient selon l’emplacement originel de l’infection. Une infection de l’endomètre est caractérisée par une fièvre, de vagues douleurs abdominales et quelquefois un écoulement vaginal à l’odeur nauséabonde. Quand l’infection a lieu à cause d’une déchirure, la femme ressent habituellement des douleurs et de la sensibilité dans la région affectée et, parfois, il se produit un écoulement épais et nauséabond, des douleurs à l’abdomen ou au côté, et de la difficulté à uriner. Dans certains types d’infections, la fièvre monte jusqu’à 40,5°C et s’accompagne de frissons, de maux de tête et de malaises. Il arrive qu’il n’y ait aucun symptôme hormis la fièvre. Pour ces raisons, la moindre fièvre survenant après l’accouchement devrait inciter toute femme à consulter son accoucheur.

Traitement. On considère que le traitement aux antibiotiques est très efficace, à condition de le commencer très vite. Une culture peut être effectuée afin de déterminer la nature de l’organisme responsable de l’Infection: ainsi le médecin pourra prescrire un antibiotique approprié.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Infection postnatale | Guide de Nourrison