La crainte de la séparation

mother-kissing-baby-87129433012057t

Un petit enfant est si attaché à ses proches que les séparations lui causent de gros chagrins et que la peur de les voir se répéter est, à coup sûr, génératrice d’anxiété. Lorsque la peur, le sentiment d’insécurité provoquent une grande détresse, les cris se font entendre et les larmes coulent. Leur acuité varie selon l’âge du bambin (ils paraissent moins perceptibles a quinze mois qu’à dix), selon la façon dont vous le quittez, et selon que cette situation d’abandon est plus ou moins connue de l’enfant. Naturellement, elle dépend aussi de ce qu’il a pu éprouver lors de vos précédentes absences. Si, la première fois, il a mal supporté votre « disparition », il la supportera encore moins bien la deuxième fois. Les enfants n’aiment pas qu’on les délaisse. Ce sont ceux qui ont les meilleurs parents qui pleurent le plus quand ils leur manquent.

Que faire ?

Ne vous moquez pas de ses peurs et apparaissez-lui toujours comme un soutien. Rassurez votre enfant, plus par des actes que par des paroles, afin qu’il vous croie. Si vous promettez de revenir bientôt, revenez dès que possible. Si vous dites que vous passez dans la pièce voisine, n’allez pas plus loin. Si vous lui promettez de jouer avec lui à votre retour, tenez votre promesse. Si vous n’avez qu’une parole, votre enfant aura, lui, une confiance inébranlable en vous.

Ne le surprotégez pas. Cela étoufferait dans l’œuf ce qu’il peut y avoir d’aventureux chez lui et l’empêcherait de s’affirmer par la suite.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • La crainte de la séparation | Guide de Nourrison