La crainte de l’école

CHORO

L’entrée à l’école maternelle marque une étape dans la vie de votre fils ou de votre fille et dans la vôtre. Comme vous ignorez quelles seront les réactions précises de votre enfant, même s’il vous paraît assez faraud devant la perspective de fréquenter l’école, posez des jalons bien avant le jour fatidique de la rentrée.

En ce qui vous concerne, pour vous tranquilliser (car vous en avez bien besoin, avouez-le !), allez faire une visite à la directrice de l’école maternelle (où votre enfant est inscrit) et à sa future institutrice. Il est extrêmement important d’entrer en rapport avec les enseignantes et de savoir où et comment votre enfant passera de nombreuses heures loin de vous. Si vous omettiez cette démarche, vous creuseriez un gouffre entre vous et lui.

Vous serez sans doute satisfaite de la qualité du contact que vous aurez. Vous constaterez que ces personnes, à qui vous allez confier votre « trésor », joignent à leurs connaissances pédagogiques une grande disponibilité, une inépuisable faculté d’invention et de grandes qualités de cœur. Elles ont choisi ce métier parce qu’elles ont toujours été attirées par les tout-petits. De plus, leurs études ont fait d’elles des spécialistes qui ne cessent d’affiner leurs connaissances à la faveur de réunions pédagogiques et de stages d’information. Elles vous exposeront leurs méthodes et vous feront part des résultats obtenus, ce qui vous convraincra de l’importance du rôle de l’école maternelle: elle contribue à l’éveil de l’esprit, à l’amélioration de la dextérité manuelle, à la formation du goût et à l’adaptation à la vie en société.

Vous ferez également connaissance avec le cadre dans lequel évoluera votre enfant. Vous serez sans doute intéressée par un matériel éducatif moderne, attirant et abondant. Vous aurez l’impression d’entrer dans un univers où tout est à l’échelle de l’enfant: tables, chaises, lits de repos et jusqu’aux toilettes miniatures. Enfin, vous verrez des réalisations étonnantes dues aux enfants groupés autour de leurs maîtresses dans une atmosphère détendue.

La directrice vous conseillera probablement de revenir en compagnie de votre fils ou de votre fille. N’en faites pas toute une affaire même si votre cœur bat plus vite. Amenez l’enfant, entre deux courses, et ne prolongez pas ce séjour au-delà d’une quinzaine de minutes. Bavardez avec la maîtresse, qu’il prendra pour l’une de vos amies, et laissez-le partir à l’aventure. Il écoutera, regardera, soulèvera un objet, jouera avec un autre, cela en toute liberté. Ne faites ensuite aucun commentaire. Attendez qu’il en parle le premier.

Le jour de l’entrée à l’école, attendez-vous à un choc. Ou bien le choc sera pour votre enfant, qui fondra en larmes au moment où vous vous apprêterez à le quitter, ou bien le choc sera pour vous qui sentirez vos yeux se mouiller en voyant votre enfant prendre la main de sa maîtresse et s’éloigner fièrement sans vous jeter un regard.

Dans la première hypothèse, la maîtresse, habituée à toutes les situations, vous guidera et vous dira s’il y a lieu ou non de vous attarder un peu. De toute façon, la désolation sera de courte durée: on saura compenser votre absence par un jouet, une câlinerie ou la menotte d’un camarade. Vous comprendrez qu’il ne faut pas surprotéger un bambin lors de son entrée à l’école car cela ne ferait que tout embrouiller. Dans la seconde conjecture, si votre enfant vous quitte sans difficulté, réjouissez-vous, la première émotion passée. Il est important pour tous qu’il considère l’école comme un endroit agréable et qu’il n’établisse aucune association d’idées malencontreuse entre le fait d’aller en classe et le fait d’être séparé de vous.

Enfin, au retour, écoutez-le raconter son expérience. Par la suite, intéressez-vous à ses activités au même titre qu’à celles de son papa. Il en sera fier et comprendra qu’il a fait un grand pas en avant.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • La crainte de l’école | Guide de Nourrison