noelle-simulateur-d-accouchement-

Quand on parle de médication à l’accouchement, la première question qui vient à l’esprit est: «péridurale ou pas ?» Certaines femmes, pour des raisons personnelles, religieuses ou autres, la refusent d’emblée. Pour d’autres, la possibilité d’atténuer les douleurs de l’accouchement est un progrès dont elles veulent bénéficier. Enfin, les dernières (une minorité) hésitent encore. Dans tous les cas, c’est un sujet qu’il est temps, au 7e mois, d’aborder.

– Discutez avec votre médecin bien avant que ne commence le travail. Ses connaissances et son expérience en font votre meilleur conseiller. Si vous optez pour la péridurale, vous devez rencontrer l’anesthésiste à l’avance: renseignez-vous sur le processus de l’anesthésie ; quels en sont les effets secondaires pour la mère et le bébé ; à quel moment, selon lui, c’est absolument nécessaire. Si vous hésitez, voici notre conseil. Prévoyez une péridurale. Si, au cours de l’accouchement, vous n’en ressentez pas le besoin, vous pouvez ne pas la demander. En revanche, si la douleur est trop intense ou le travail trop long, vous pourrez en bénéficier. Car, si vous ne l’envisagez pas à l’avance, il est quelquefois difficile d’improviser une péridurale en salle d’accouchement.

– Admettez que la naissance n’est ni une épreuve, ni une évaluation de votre bravoure, de votre force ou de votre endurance. La technologie médicale a offert aux femmes la possibilité de réduire les douleurs de l’accouchement. Non seulement ce recours est un confort supplémentaire, mais il est, dans certains cas, le meilleur choix. Certaines femmes décrivent les douleurs de l’accouchement comme les pires de l’expérience humaine. Demander l’anesthésie de telles douleurs ne signifie pas que vous ayez manqué à vous-même ou à votre bébé.

– Ne prenez pas de décision irréversible. Informez-vous et familiarisez-vous avec les différentes formes d’analgésie et d’anesthésie ; pensez à ce qui pourrait être le mieux pour vous; discutez-en avec votre médecin. Si on envisage de vous faire une césarienne, vous ne pouvez prévoir que de façon provisoire une péridurale; des complications de dernière minute pourraient impliquer une anesthésie générale. De même, si vous refusez à l’avance le recours à la péridurale, vous pourriez le regretter par la suite.

– Souvenez-vous que, comme dans tous les aspects de la grossesse, du travail et de l’accouchement, votre bien-être et celui de votre bébé sont vos seules priorités, et non pas un scénario de naissance préconçu et idéalisé. Prenez votre décision sur cette base et sur aucune autre.

– Dans certaines maternités du service public, il arrive que l’anesthésiste, appelé à effectuer d’autres urgences chirurgicales (traumatiques par exemple), ne soit pas disponible pour pratiquer une péridurale programmée. Cette situation a tendance à disparaître, mais renseignez-vous pour savoir si cela peut arriver dans votre maternité.

Enfin, s’il ne vous est pas possible (pour des raisons médicales) d’envisager une péridurale, discutez avec votre médecin des autres possibilités qui s’offrent à vous (analgésiques, anesthésie par inhalation…) et rencontrez l’anesthésiste.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • La décision | Guide de Nourrison