La première étape: travail actif

Maternité Louis Mourier

Deuxième phase: travail actif

La deuxième étape, que l’on appelle active, est habituellement plus courte que la première, elle dure en moyenne de deux à trois heures et demie (bien que cette moyenne puisse beaucoup varier).

Les efforts de l’utérus sont maintenant plus concentrés et plus efficaces, en un temps moindre. Alors que les contractions deviennent plus intenses et plus fréquentes (généralement espacées de 3 à 4 minutes, et durant de 40 à 60 secondes) le col se dilate de 7 centimètres. Le rythme des contractions n’est toujours pas régulier. Chaque contraction atteint probablement un point culminant différent à ce stade, qui se maintient pendant 40 % à 50 % de sa durée totale. Les temps de repos entre les contractions sont plus courts. Vous serez probablement en salle de travail au début de cette étape.

Ce que vous pouvez ressentir ou observer. Les signes et les symptômes les plus fréquents à ce stade comprennent une augmentation de douleur au moment des contractions (il est possible que vous ne puissiez pas parler lorsqu’elles se produisent), et les maux de dos, les douleurs aux jambes, la fatigue et les pertes sanguinolentes augmentent.

Tous ces symptômes peuvent se produire ou seulement quelques-uns. Votre poche des eaux peut se rompre maintenant, si ce n’est déjà fait (si elle ne se rompt pas spontanément, il est possible que votre médecin décide de le provoquer à ce moment-là).

D’un point de vue émotionnel, vous pouvez vous sentir agitée et éprouver plus de difficulté à vous détendre; ou votre concentration peut s’intensifier et vous pouvez être totalement absorbée par le déroulement du travail.

Votre confiance peut s’estomper et vous pouvez penser que cela ne finira jamais; ou, au contraire, que cela arrive enfin.

Ce que vous pouvez faire. Commencez à pratiquer vos exercices de respiration si vous avez l’intention de les utiliser, dès que vous ne pouvez plus parler pendant les contractions (si vous ne vous êtes jamais livrée à ces exercices, la sage-femme peut vous suggérer certaines respirations qui soulageront la douleur). Cependant, si les exercices paraissent vous incommoder d’une manière ou d’une autre, rien ne vous oblige à les utiliser. Après tout, les femmes ont accouché pendant des siècles sans ces exercices.

– Ne mangez pas et ne buvez rien, mais utilisez un aérosol d’eau minérale.

– Efforcez-vous de vous détendre entre les contractions. Même si cela devient de plus en plus difficile à mesure que leur fréquence augmente, c’est cependant de plus en plus important car votre énergie commence à décliner.

– Changez de position, en cherchant celle qui vous procure le plus de confort.

– Souvenez-vous qu’il vous faut uriner souvent ; à cause de la forte pression qu’exerce votre pelvis, il est possible que vous ne vous rendiez pas compte que votre vessie à besoin d’être vidée.

– La péridurale a normalement été posée à ce stade par l’anesthésiste. Mais, si ce n’est pas le cas et si vous avez besoin d’un calmant contre la douleur, n’ayez pas peur d’en parler à votre sage-femme. Elle peut vous suggérer d’attendre 20 minutes ou une demi-heure avant de vous en administrer un, et à ce moment-là, il est possible que vous ayez tellement progressé que vous n’en aurez plus besoin ou que vos forces s’étant renouvelées, vous n’en vouliez plus.

Ce que peut faire votre mari.

– Si possible, gardez la porte de la salle de travail ou d’accouchement fermée, les lumières tamisées et la pièce tranquille pour favoriser une atmosphère apaisante.

– Quand votre femme fait des progrès, encouragez-la, félicitez-la, ne la critiquez jamais. Rappelez-lui de suivre le travail une contraction après l’autre et que chaque douleur la rapproche du bébé.

– Massez-lui le ventre ou le dos ou faites-lui des contre-massages ou n’importe quelle autre technique que vous avez apprise pour soulager ses douleurs. Laissez-la vous guider; laissez-la vous dire quel genre de caresses ou de massages lui viennent en aide. Si elle préfère que vous ne la touchiez pas du tout (cela dérange certaines femmes) alors il serait peut-être mieux de la réconforter verbalement.

– Ne lui assurez pas qu’elle ne souffre pas; même si elle n’en parle pas, dites-lui que vous comprenez la douleur qu’elle doit ressentir. Elle a besoin de votre compassion, non de vous voir éviter le sujet.

– Faites en sorte qu’elle se détende entre les contractions.

– Ne vous offusquez pas si elle ne réagit pas ou semble même irritée par vos encouragements verbaux. L’humeur d’une femme pendant l’accouchement est inégale. Soyez là pour lui offrir un soutien quand cela lui fait plaisir ou qu’elle en a besoin. Souvenez-vous que votre rôle est important, même si vous vous sentez souvent de trop.

– Utilisez un brumisateur pour rafraîchir son corps et son visage; faites-le souvent.

– Continuez à la distraire agréablement en bavardant entre les contractions, à l’encourager et à la soutenir.

Ce que fera le personnel médical.

– Il vous fournira, dans la plupart des cas, un environnement détendu, confortable et positif, répondra à vos questions et calmera vos inquiétudes.

– Il continuera à enregistrer l’état de votre bébé grâce au monitorage fœtal et à observer votre liquide amniotique (des traces brun verdâtre sont un signe potentiel de souffrance fœtale).

– Il continuera de vérifier votre tension artérielle.

– Il minutera périodiquement la durée et l’espacement de vos contractions et la quantité et l’aspect de vos pertes sanguinolentes (en remplaçant les serviettes sous vos fesses quand c’est nécessaire). S’il survient un changement évident dans le rythme ou l’intensité de vos contractions, ou que vos pertes contiennent plus de sang, le médecin ou la sage-femme vous fera un toucher vaginal pour vérifier la progression du travail.

– Il (ou elle) stimulera le travail, s’il progresse trop lentement.

– Il est fort possible qu’on rompe vos membranes, si elles ne se sont pas rompues spontanément, vers la fin de cette étape.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • La première étape: travail actif | Guide de Nourrison