L’amour maternel

6a00d83451d43069e2014e89272382970d

Dès la fin de l’accouchement, bien qu’elles soient épuisées, les mamans, pour la plus grande part, ont la joie au cœur et débordent d’amour pour leur enfant, mais d’au très avouent ne rien ressentir à l’égard du bébé.

Disons-le simplement: l’élan maternel est fonction de certaines hormones sécrétées presque immédiatement après l’expulsion l’ocytocine et la prolactine, qui déclenchent la lactation et jouent un rôle dans l’élaboration du sentiment maternel. Les réactions émotionnelles à cette sécrétion interne sont différentes selon les femmes et certaines trouvent qu’elles manquent d’élan.

Les sentiments des mères pour leur enfant peuvent être affectés par d’autres causes telles que la différence entre les réalités de l’accouchement et ce qu’elles avaient imaginé. Il arrive que le processus de la naissance déçoive; même s’il est bref et sans anomalie, le « travail » fait passer un mauvais moment ; mais s’il a été pénible, s’il a duré longtemps, si on a employé des médicaments, les mamans se trouvent trop fatiguées, trop accablées pour éprouver de grands sentiments. Des désillusions peuvent aussi venir des rêves qu’elles avaient faits : reconnaitre immédiatement le bébé comme étant sa chair et son sang, découvrir une ressemblance frappante avec elle-même et le père ; cela n’arrive que rarement et, à tout prendre, c’est un bien.

Cependant, la plupart des jeunes mères voient évoluer leurs sentiments et, le plus souvent, éprouvent de l’attirance dans les trois suivants, mais, pour certaines, rien ne s’amorce avant deux semaines.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • L’amour maternel | Guide de Nourrison