L’entraide

b583c1357f_mopers-adu-076-182_A4

Souvent, quand une femme a vécu une grossesse difficile, à haut risque ou qu’elle a perdu un bébé, elle sent qu’elle n’est pas tout à fait comme les autres. Elle est profondément consciente que l’expérience de sa grossesse est bien différente de celle de ses amies « normales ». Si c’est votre cas, peut-être pourrez-vous trouver soutien et consolation dans un groupe de femmes qui, comme vous, ont vécu ce type d’expérience. Parmi les gens que vous connaissez, même les plus délicats et les plus attentionnés, ne sont pas toujours capables de vous aider comme peuvent le faire des femmes qui ont été dans la même situation. Cela prend beaucoup de temps pour se consoler de la perte d’un enfant, ou même simplement de l’interruption d’une grossesse qui semblait normale ; grâce à ces femmes, vous apprendrez que finalement, il est possible de s’en sortir.

Les discussions peuvent couvrir divers sujets: la culpabilité liée au sentiment d’être incapable de mener une grossesse normale ; la vie confinée à la maison ou à l’hôpital ; l’appréhension de prochaines grossesses ; le chagrin provoqué par la perte d’un enfant ; la manière de trouver des sources de soutien ; la manière de vivre avec un sentiment de désaffection. Vous trouverez aussi de nombreux conseils pratiques dans ces groupes: comment tenir la maison quand vous êtes alitée; maintenir la vie familiale quand vous avez un bébé demandant des soins intensifs; trouver les meilleurs soins possibles quand vous avez un problème particulier. Si vous poursuivez vos rencontres même quand vous vous sentez mieux, vous arriverez à faire le tour de votre propre expérience, ce qui contribue à l’apaisement, et vous aiderez du même coup d’autres femmes dans votre situation.

Si vous pensez pouvoir tirer profit de telles rencontres, essayez de voir s’il se trouve un groupe dans votre localité (informez-vous auprès de l’hôpital, des médecins, des sages-femmes, des infirmières).

S’il n’en existe pas et que vous vous sentez l’énergie pour le faire, organisez vous-même un groupe en recueillant le nom de femmes qui vivent une situation semblable à la vôtre.

Si vous êtes condamnée au lit et ne pouvez assister à des réunions de groupes d’entraide, cherchez le soutien et la sympathie dont vous avez besoin par le biais de « rencontres téléphoniques » avec d’autres mères qui elles aussi sont alitées, ou alors invitez un groupe d’entraide à tenir ses réunions chez vous.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • L’entraide | Guide de Nourrison