Les phobies

phobie-scolaire-2

Il ne faut pas confondre peur et phobie. Votre enfant à peur des lézards, par exemple, il exprime sa peur par une exclamation lorsqu’il en voit un. Le reste du temps, il n’y repense plus. Par contre, s’il nourrit une phobie contre les lézards, il suffira qu’il voie une photographie ou une image en représentant un pour qu’il réagisse violemment. Qu’il pense seulement à un lézard ou que quelque chose lui en rappelle un et le résultat sera le même. Il faut admettre qu’il ne servirait à rien de lui expliquer ce qu’est une phobie: il n’est pas apte à comprendre une démonstration rationnelle. La seule façon d’aider l’enfant, c’est de le convaincre que l’objet de ses affres est absolument inoffensif. Pour y parvenir, on dispose d’un grand nombre de moyens:

– Faites-lui reconnaître que sa peur n’est pas fondée en lui disant que vous, vous ne craignez pas les lézards mais, surtout, sans prendre un air supérieur qui le froisserait.

– Montrez-lui que d’autres enfants ne redoutent pas l’animal qui le terrifie. Si, par exemple, il a une peur panique des chiens, demandez à des amis qui possèdent un chien affectueux de l’amener à l’heure de sortie de l’école et il verra que ses petits camarades n’en ont pas peur.

– Recherchez ce qui a pu traumatiser votre enfant si une phobie se révèle soudainement. Cela peut être lié au départ d’un membre de la famille, à la mort d’un animal familier, à l’entrée à l’école, et la phobie a dans ce cas toutes les chances de n’être que passagère.

– Instaurez une véritable thérapie si votre enfant a subi un choc émotionnel difficile à discerner. S’il a la phobie des lézards, parlez incidemment de ces petites bestioles au moment où il est heureux de vivre, lorsqu’il savoure une glace, par exemple.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Les phobies | Guide de Nourrison