Maladie des artères coronariennes

miracle

«Mon médecin m’avait avertie que je ne pourrais pas avoir d’enfant parce que j’ai une maladie des artères coronariennes. Mais me voilà enceinte, par accident, et je ne veux pas me faire avorter. Je tiens à ce bébé plus qu’à tout.»

Votre situation n’est pas aussi exceptionnelle qu’elle pouvait l’être dans le passé. Les maladies des artères coronariennes, plus fréquentes avec l’âge, deviennent de plus en plus courantes chez les femmes enceintes à mesure qu’augmente le nombre de femmes qui décident tardivement d’avoir un enfant.

La nature de votre propre maladie déterminera le danger à poursuivre votre grossesse. Votre maladie peut être bénigne (sans restrictions quant à vos activités physiques, celles-ci ne provoquant chez vous ni fatigue excessive, ni palpitations, ni manque d’air, ni crises d’angor); elle peut aussi être modérée (les restrictions des activités physiques sont mineures, vous êtes à l’aise au repos, mais vous souffrez de quelques symptômes lors d’activités physiques normales); dans ces conditions, vous pourrez vraisemblablement mener votre grossesse à terme, en vous faisant suivre de très près par un médecin.

Si votre maladie est grave (les restrictions de vos activités physiques sont sévères, et même des activités légères provoquent l’apparition des symptômes bien que vous soyez à l’aise au repos) ou très grave (toute activité physique engendre des problèmes et vous remarquez la présence de symptômes même au repos), votre médecin vous dira probablement qu’une grossesse met votre vie en danger.

Vous et votre mari aurez à prendre une décision, avec l’aide de votre médecin. Gardez alors à l’esprit le fait que si vous-même ne survivez pas à votre grossesse, votre bébé ne le fera pas non plus. S’il s’avérait nécessaire d’interrompre votre grossesse actuelle, cela ne voudrait pas nécessairement dire que vous seriez condamnée à ne jamais avoir d’enfant. Il sera peut-être possible de remédier à vos problèmes cardiaques (grâce à une opération à cœur ouvert, par exemple), de manière â ce que vous puissiez vivre sans danger une grossesse future. S’il n’est pas question pour vous de subir une telle intervention, vous pouvez songer à l’adoption à condition d’avoir suffisamment d’énergie pour élever des enfants. Si votre cardiologue pense que vous pouvez surmonter avec succès une grossesse, on vous demandera probablement de suivre des règles très strictes. Elles varieront en fonction de votre situation personnelle, mais incluront sans doute les points suivants:

– Vous devrez éviter les tensions physiques et émotives ; dans quelques cas, on vous demandera de limiter vos activités pendant toute la durée de votre grossesse, et parfois même de rester au lit.

– Vous aurez à suivre correctement votre traitement (assurez-vous qu’il est sans danger pour le bébé, ce qui est le cas de nombreux médicaments).

– Vous devrez surveiller attentivement votre régime, de façon à ne pas prendre trop de poids car cela pourrait mettre votre cœur à l’épreuve.

– Si votre maladie l’exige, votre régime devra comprendre des aliments à faible teneur en cholestérol, en acides gras saturés, sans toutefois proscrire complètement ces matières grasses; la formation du fœtus en exige un peu pour être complète. On recommande habituellement de restreindre modérément le sodium (environ 2 grammes par jour), mais sans exagération, et de prendre un complément de fer.

– Portez des collants élastiques à pression graduée pour réduire la rétention de sang dans vos jambes.

– Si vous fumiez encore, cessez immédiatement.

D’ici la fin de votre grossesse, vous commencerez probablement à passer de fréquentes échographies et des tests de réactivité fœtale, de manière à suivre révolution du bébé. Ces examens vous permettront de vérifier que tout va bien.

Si vous traversez votre grossesse sans complications cardiaques ou pulmonaires, le travail et l’accouchement devraient se dérouler sans problème. Vous n’êtes pas plus susceptible qu’une autre de subir une césarienne. Toutefois, on devra peut-être utiliser les forceps pour réduire l’effort qu’il vous faudra fournir pendant le travail et pour accélérer la phase finale de l’accouchement.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Maladie des artères coronariennes | Guide de Nourrison