Méthodes les plus courantes I

belly of pregnant woman and vitamin pills in the hand

Il existe une variété d’analgésiques (qui soulagent la douleur), d’anesthésiques (substances qui produisent une perte de sensation) et d’ataraxiques (tranquillisants) qu’on peut administrer pendant le travail et l’accouchement. De la situation, des préférences et du diagnostic de l’obstétricien ou de l’anesthésiste, aussi bien que de la santé de la mère (et de ses désirs, excepté dans les cas d’urgence), dépendra l’emploi et le choix d’une médication. Son efficacité variera en fonction de la femme, de la dose utilisée, et de certains autres facteurs. Il est très rare qu’un médicament ne produise pas l’effet désiré et n’apporte aucun soulagement. On soulage le plus fréquemment les douleurs obstétricales avec les médicaments suivants:

Analgésiques. On utilise souvent comme analgésique obstétrical le chlorhydrate de mépéridine, un agent de soulagement puissant connu sous le nom de Dolosal. Il est plus efficace si on l’administre par intraveineuse (on (injecte lentement dans un soluté, afin de pouvoir doser son effet) ou intramusculaire (souvent dans la fesse). Il peut contribuer à régulariser les contractions d’un utérus dysfonctionnel (qui fonctionne anormalement). Comme pour les autres analgésiques, on n’administre le Dolosal que lorsqu’on a constaté le début du travail, après avoir, éventuellement, grâce à lui, corrigé un faux travail, et, de toutes façons, toujours au début du travail. La réaction de la mère au médicament et le degré de soulagement varient énormément. Certaines femmes trouvent dans le médicament une détente et une plus grande disposition à endurer les contractions. D’autres détestent se sentir étourdies et trouvent la tâche moins facile. Les effets secondaires, dépendant de la sensibilité individuelle, peuvent regrouper nausées, vomissements, dépression et chute de la tension artérielle. Les effets du Dolosal sur le nouveau-né dépendent de la dose et de la proximité de l’administration avec l’accouchement. Si on l’administre malheureusement juste avant l’accouchement, il est possible que le bébé soit endormi et incapable de succion; parfois la respiration diminue et nécessite un supplément d’oxygène. Ces effets sont généralement momentanés et peuvent être enrayés si besoin est. Il arrive qu’on administre du Dolosal post-partum pour soulager les douleurs après césarienne.

Tranquillisants. On n’utilise ces médicaments que très exceptionnelle ment pour calmer et détendre une femme anxieuse, afin qu’elle puisse participer pleinement à la naissance. Les tranquillisants peuvent également rehausser l’effet des analgésiques, tel le Dolosal. Les réactions à l’administration des tranquillisants varient. Certaines bénissent le léger étourdissement ; d’autres trouvent qu’il nuit au contrôle de leur corps. Une légère dose peut apaiser l’anxiété sans affecter l’éveil de l’esprit. Une plus forte dose peut provoquer des problèmes d’élocution et parfois des assoupissements entre les points culminants des contractions — rendant impossible l’application des techniques de naissance.
Enfin, on peut utiliser les procédés anesthésiques suivants :

Anesthésie par inhalation. L’oxyde nitrique est rarement utilisé de nos jours, sauf associé à des produits qui provoquent l’anesthésie générale. Un autre anesthésique, le Fluothane fmethoxyflurane), peut être inhalé par la patiente, pour soulager les douleurs, et, à faibles doses, il ne produira pas de détresse fœtale.

Anesthesie locale. On peut utiliser des produits anesthésiants, injectés dans un ou plusieurs nerfs, pour supprimer la sensation dans une région particulière, surtout périnéale, lors de l’expulsion. L’anesthésie locale présente un avantage sur l’anesthésie générale dans le cas d’un accouchement chirurgical: la mère demeure éveillée pendant la naissance et se remet plus rapidement. On insère souvent une sonde (tube) dans la vessie pour drainer l’urine (les sphincters urinaires étant également engourdis): cette opération est indolore. Les deux anesthésies pratiquées le plus fréquemment sont la péridurale et le bloc honteux.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Méthodes les plus courantes I | Guide de Nourrison