Peser le pour et le contre

Psoriasis-attention-au-Soriatane-pendant-la-grossesse

La femme enceinte d’aujourd’hui devrait-elle craindre pour la vie et la santé de son bébé sous prétexte que celui-ci se développe dans un monde où les menaces de l’environnement fourmillent ? Absolument pas, et cela pour différentes raisons. Premièrement, les médicaments et autres facteurs de l’environnement sont responsables de moins d’ 1% des malformations de naissance.

Les risques sont en général extrêmement faibles, même si vous avez déjà été exposée à un tératogène en particulier. Deuxièmement, si ce n’est pas le cas, la conscience de ces risques peut vous aider à les éviter, et à améliorer ainsi les chances de votre bébé. Troisièmement, nous rappelons que jamais les chances de mettre au monde un bébé normal et en bonne santé n’ont été meilleures.

Bien sûr, il existe peu de choses dans la vie qui ne présentent aucun danger. Mais en les côtoyant, nous apprenons à les peser face aux avantages. C’est plus important encore pendant la grossesse, alors que chaque décision peut affecter la sécurité et le bien-être, non seulement d’une mais de deux personnes. Quand vous déciderez de fumer ou de ne pas le faire, de prendre un apéritif avant le dîner, de croquer dans une tablette de chocolat (plutôt que dans une pomme), vous allez peser le pour et le contre. Est-ce que le plaisir, s’il existe, que vous tirerez d’une cigarette, d’un verre d’alcool ou d’une sucrerie inutile, vaut les risques qu’il fait courir à votre bébé ? La plupart du temps votre réponse sera non. Mais de temps en temps vous allez décider qu’un petit écart en vaut la peine. Par exemple, un verre de Champagne pour porter un toast à votre anniversaire. Le bébé n’en souffrira pas. Et le plaisir (un anniversaire plus réjouissant) en vaut la peine. Ou un gros morceau de gâteau à votre anniversaire — plein de sucre inutile, c’est vrai. Mais pour cette fois seulement, vous ne priverez pas bébé de ses éléments nutritifs, après tout, c’est votre fête. Certaines décisions sont faciles à prendre. Par exemple, une consommation d’alcool régulière pendant la grossesse peut handicaper votre enfant pour la vie. Vous priver du plaisir que vous éprouvez à boire peut demander un effort considérable, mais votre choix est évident : arrêtez ou n’ayez pas d’enfant.

Supposons encore que vous ayez une infection et de la fièvre. Votre médecin n’hésitera pas à vous prescrire un traitement — le médicament le plus sûr possible à la dose efficace la plus faible — pour enrayer l’infection et faire baisser la fièvre. Dans ce cas, les avantages d’une médication dépassent ses dangers éventuels. Un léger rhume, en revanche, ne fera pas de tort à votre bébé. Alors avant de recourir aux médicaments, votre médecin donnera probablement une chance à votre corps de guérir par lui-même, afin d’éviter que ceux-ci ne présentent plus de risques que de bienfaits potentiels.

D’autres décisions ne sont pas aussi faciles à prendre. La meilleure façon de procéder consiste à:

  • Demander à votre médecin tous les éclaircissements nécessaires. Il est important de se souvenir que les médicaments ne causent pas tous des malformations et qu’on peut en utiliser certains sans danger pendant la grossesse. Chaque jour, de nouvelles études débouchent sur des informations toujours plus précises quant aux effets éventuels de certains médicaments. Votre médecin a accès à ces conclusions.
  • Déterminer les moyens qui existent pour augmenter les bienfaits ou pour diminuer les risques (prendre le médicament qui soulage la douleur le plus sûr, le plus efficace, à la plus petite dose possible, sur une durée la plus courte possible), et vous assurez qu’en prenant ce risque, vous bénéficierez des bienfaits (prenez votre médicament de préférence avant de vous coucher, alors que vous profiterez du repos dont vous avez besoin).
  • Réviser toutes les informations — pour ou contre — que vous avez amassées avec votre médecin et prendre votre décision.

Pendant votre grossesse vous devrez prendre des décisions raisonnables dans des dizaines de situations, en pesant le pour et le contre à chaque fois. Un mauvais choix occasionnel ne sera pas nécessairement catastrophique — il ne changera que très légèrement les données. Si vous avez déjà fait certains choix plus ou moins judicieux et que vous ne pouvez pas revenir en arrière, oubliez-les. Essayez tout simplement de prendre de meilleures décisions par la suite.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Peser le pour et le contre | Guide de Nourrison