Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/guideden/public_html/wp-content/plugins/fast-wordpress-search/fwp-search.php on line 210 and defined in /home/guideden/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 1247

Resultados para: "avorter avc citron"

Vous regardez enfant , bébé Et / ou d'autres éléments liés à votre recherche avorter avc citron. Trouver les meilleurs conseils pour aider au développement de leur grossesse. accouchement naturel expulsion video, www tubidy com, tubidy com, Six Video Tubidy, créer un compte tubidy, Tibudy com, tibudy.

Mousse aux abricots

250g d’abricots 1 jaune d’œuf Jus de citron 1 cuillerée à soupe de yaourt nature Faites cuire les abricots. Réduisez-les en purée. Battez l'œuf dans 3 cuillerées de purée obtenue. Ajoutez quelques gouttes de jus de citron. Portez à ébullition sans cesser de remuer. Laissez refroidir. Mélangez avec le yaourt. Placez au réfrigérateur. Lire la suite...

Herbes médicinales

«Il ne me viendrait pas à l'idée de prendre des médicaments pendant ma grossesse. Mais peut-être pourrais-je les remplacer par des herbes médicinales ou des produits phytothérapiques ?» Les herbes médicinales aussi sont des médicaments, souvent très puissants. Quelques-unes sont si efficaces qu'on les utilise dans l'industrie pharmaceutique pour en extraire les principes actifs qui entrent dans la composition des médicaments. Il existe des civilisations qui utilisent des herbes pour provoquer des avortements. On accuse parfois certaines plantes d'être responsables de fausses couches. Même dans une tasse de thé apparemment sans danger, certaines variétés peuvent provoquer l'apparition de troubles comme la diarrhée, les vomissements et les palpitations cardiaques. En outre, l'utilisation d'herbes médicinales peut s'avérer plus dangereuse que les médicaments vendus en pharmacie: rien n'en garantit la qualité: elles peuvent donc être assez fortes pour comporter des risques ou, simplement, s'avérer tout à fait inefficaces. Elles peuvent aussi contenir des contaminants nocifs, incluant des allergènes comme des particules d'insectes, du pollen et des moisissures, et même des agents toxiques comme du plomb et de l'arsenic. Aussi considérez les herbes médicinales comme n'importe quel autre médicament pendant votre grossesse: évitez-les, à moins que votre médecin ne vous les conseille. Si vous ressentez des symptômes qui nécessitent des soins, faites appel à votre médecin au lieu d'essayer de vous soigner vous-même. Si, depuis le début de votre grossesse, il vous est arrivé de consommer des infusions, ne vous inquiétez pas. De toute évidence, elles ne vous ont pas causé de problèmes et ne vous ont pas rendue malade. Mais désormais, évitez-les à moins que votre médecin ne vous en recommande l'usage. Si le goût de votre infusion préférée vous manque, concoctez-vous une boisson de votre cru en ajoutant un des produits suivants à de l'eau bouillante ou à du thé léger: jus d'orange, de pomme, d'ananas ou de tout autre fruit; marmelade, gelée ou confiture, tranches de citron, d'orange, de pomme, de poire ou d'autres fruits feuilles de menthe, cannelle, muscade, clous de girofle ou autres épices. Ne vous préparez jamais d'infusion à partir d'une plante qui pousserait dans votre jardin, à moins que vous ne soyez absolument certaine que c'est inoffensif pendant la grossesse. Lire la suite...

Rubéole

«J'ai été en contact avec la rubéole lors d'un voyage à l'étranger. Devrais-je me faire avorter C'est une question qui ne se pose qu'à une femme sur dix : les neuf autres sont immunisées contre la rubéole, puisqu'elles l'ont déjà contractée (habituellement pendant leur enfance) ou parce qu'elles ont été vaccinées (en général au début de leur adolescence ou avant leur grossesse). Il se peut que vous ne sachiez pas, avant d'être enceinte, si vous êtes immunisée ou non, mais vous pouvez le découvrir par analyse sanguine. Cet examen mesure le taux d'anticorps de la rubéole présents dans votre sang et tous les médecins le pratiquent systématiquement à la première visite prénatale, si la patiente n'a pas subi d'examens prénuptiaux. Si vous n'étiez pas immunisée, il vous faudra encore attendre avant de prendre des mesures extrêmes. Le seul fait d'être en contact avec le virus ne nuira pas à votre bébé. Pour qu'il y ait un risque, il faut que vous ayez contracté la maladie. Les symptômes sont habituellement bénins (légère fièvre et inflammation des ganglions, suivies quelques jours plus tard d'une éruption cutanée); ils apparaissent deux ou trois semaines après l'exposition et passent quelquefois inaperçus. Une prise de sang déterminera à ce moment-là si vous avez contracté le virus. À partir de la 22e semaine, il est possible d'effectuer une analyse pour savoir si le fœtus a été affecté par le virus (auparavant l'infection peut demeurer imperceptible), mais c'est rarement nécessaire. Malheureusement, lorsqu'une femme a été exposée au virus de la rubéole, il n'existe aucun moyen parfaitement sûr de prévenir l'éclosion de la maladie. On à découvert que les injections de gammaglobuline, pratiquées systématiquement auparavant restaient sans effet. Mais si vous contractez la rubéole, discutez avec votre médecin avant de prendre la décision d'interrompre votre grossesse: les dangers diminuent considérablement à mesure que la grossesse avance. Si une femme contracte le virus au cours du 1er mois, les risques que son bébé soit atteint de malformations congénitales sérieuses sont d'environ 35%. Vers la fin du 3e mois, ils chutent à 10 ou 15%. Enfin, après le 3e mois, l'enfant est très peu menacé. Heureusement en France, les risques d'exposition à la rubéole sont faibles. Depuis la généralisation de la vaccination, on rencontre cette maladie de moins en moins souvent. Si vous n'êtes pas immunisée et que vous ne contractez pas la rubéole, évitez complètement ce dilemme pendant vos futures grossesses en demandant à votre médecin de vous vacciner après votre accouchement. Par précaution, on vous demandera de ne pas concevoir un nouvel enfant pendant les 4 à 6 mois qui suivront la vaccination. Lire la suite...

L’entretien du linge

Lorsque votre bébé commencera à prendre de la nourriture solide, il se salira malgré les bavettes, et quand il marchera, ce sont tous les vêtements qu'il tachera. N'achetez que des articles grands teint qui pourront bouillir. Bien évidemment, plus vous aurez de vêtements, moins vous serez tenu(e) de faire la lessive fréquemment. BONNES IDÉES Vaporisez sur les manchettes, les cols ainsi qu'à la place des genoux un produit antitaches. Les liquides renversés s'éparpilleront en perles que vous essuierez avec un linge humide. Gardez l'apparence du neuf aux tennis en les passant à la bombe à l'amidon avant qu'ils ne soient portés pour la première fois; la poussière ne s'incrustera pas dans le tissu. Frottez les souliers de cuir blanc avec une pomme de terre crue ou de l'alcool avant de les nettoyer. Protégez leur brillant en les vaporisant avec de la laque à cheveux. Ne faites tremper que des couches dans la solution désinfectante prévue à cet effet; l'autre linge en sortirait décoloré. Faites tremper les chaussettes souillées dans de l'eau additionnée de cristaux de soude avant lavage. Faites bouillir les chaussettes en coton blanc avec une tranche de citron. Remplacez l'eau de Javel par une cuillerée à soupe de poudre à lave-vaisselle, pour l'entretien des textiles délicats: nylon, soie artificielle, etc. Nettoyez les tennis et chaussures de toile avec un tampon savonneux. LES TACHES REBELLES CEuf Ramollissez les taches de jaune d'œuf en laissant tremper le tissu sali dans de 1 eau froide pendant une heure, avant lavage. Herbe Venez à bout des taches d’herbe récalcitrantes en les frottant à l'alcool. Fruits et chocolat Plongez le tissu taché de chocolat ou de jus de raisin dans une eau additionnée de cristaux de soude. Frottez jusqu'à disparition puis lavez l'article normalement. Sang Commencez par un trempage à l’eau froide pendant une demi-heure. Si la tache résiste, essayez une bonne lessive en poudre. En cas d'échec, essayez quelques gouttes d'ammoniaque. Mazout Imprégnez d'essence d'eucalyptus les parties tachées et frottez doucement. Lait Éliminez les taches en rinçant complètement l'objet à Peau froide puis lavez à l’eau additionnée de lessive. Chewing-gum Ramollissez le chewing-gum à l'aide d'alcool à brûler et enlevez la gomme avec précaution. Rouge à lèvres Imbibez la tache de vaseline ou de glycérine, puis lavez dans une eau chaude savonneuse. Après séchage, effacez le résidu avec du tétrachlorure de carbone. Vomissures Rincez pour éliminer les vomissures; lavez dans de Peau additionnée de lessive. Lire la suite...

Toxoplasmose

« Le résultat de mon test de toxoplasmose s'est révélé positif. Le médecin m'a dit qu'il était possible que je doive me faire avorter et j'en suis désespérée. » Une infection ancienne de toxoplasmose est assez fréquente. Le parasite qui cause la maladie, le toxoplasme (Toxoplasma gondii), est transmis aux humains par les matières fécales des chats et par la viande, notamment celle de mouton. Ses effets chez les adultes sont tellement bénins que ses symptômes (une légère éruption, quelques douleurs, des ganglions et une faible fièvre) passent souvent inaperçus. Mais alors que la femme contaminée pendant sa grossesse ne court aucun risque, son fœtus peut souffrir de maladies graves, de malformations ou même en mourir. Néanmoins, avant que vous ne pensiez à mettre fin à votre grossesse, votre médecin vous fera certainement subir d'autres tests pour savoir si l'infection est active. Les experts recommandent une nouvelle analyse sanguine en réitérant, parallèlement, le test sur le premier échantillon. Si l'on découvre une augmentation des protozoaires depuis le premier test et une présence accrue d'anticorps IgM (immunoglobuline dont la présence momentanée traduit l'atteinte récente de la maladie), l'infection est probablement active. Mais dans 95% des cas, les tests suivants se révèlent négatifs. Dans les rares cas où l'infection chez la mère est avérée, les futurs parents doivent examiner les faits, en discuter avec leur médecin, et, si possible, consulter un spécialiste du problème. Les risques d'infection du fœtus existent dès l’Ier trimestre et les dommages sont élevés. Pendant le 2e trimestre la possibilité d'infection est un peu plus forte, mais les risques de dommages sont légèrement moindres. Pendant le dernier trimestre le bébé est plus enclin à être contaminé, mais les risques de dommages sérieux sont très faibles. Actuellement, outre une surveillance échographique régulière, on peut prélever, en centre spécialisé, un échantillon de liquide amniotique et de sang fœtal pour vérifier l'atteinte de l'enfant. Environ 50 à 70 % des femmes sont déjà immunisées avant la conception (le taux est plus élevé pour les femmes qui mangent de la viande crue ou saignante ou qui ont des chats chez elles) et ne risquent donc pas de transmettre l'infection au fœtus. Celles qui ne sont pas immunisées peuvent prévenir l'infection comme suit :
  • Évitez les chats de votre entourage et les chats errants. Faites examiner vos chats pour savoir s'ils ont une infection active. Si c'est le cas, demandez à des amis de s'en occuper pour au moins six semaines — le temps de l'infection. Protégez ceux qui ne sont pas atteints en ne leur donnant pas de viande crue à manger et en ne leur permettant pas d'errer dehors, de chasser les souris et les oiseaux, ou de fraterniser avec d'autres chats. Faites vider la litière par quelqu'un d'autre.
  • Ne jardinez pas dans la terre ou ne laissez pas les enfants jouer dans le sable où les chats ont pu faire leurs besoins. Lavez soigneusement les légumes et les fruits, pelez-les ou faites-les cuire.
  • Ne mangez pas de viande crue ou saignante. Veillez à ce qu'elle soit bien cuite chez vous comme au restaurant.
Enfin, sachez qu'il existe des traitements actifs contre cette maladie. Lire la suite...

Maladie des artères coronariennes

«Mon médecin m'avait avertie que je ne pourrais pas avoir d'enfant parce que j'ai une maladie des artères coronariennes. Mais me voilà enceinte, par accident, et je ne veux pas me faire avorter. Je tiens à ce bébé plus qu'à tout.» Votre situation n'est pas aussi exceptionnelle qu'elle pouvait l'être dans le passé. Les maladies des artères coronariennes, plus fréquentes avec l'âge, deviennent de plus en plus courantes chez les femmes enceintes à mesure qu'augmente le nombre de femmes qui décident tardivement d'avoir un enfant. La nature de votre propre maladie déterminera le danger à poursuivre votre grossesse. Votre maladie peut être bénigne (sans restrictions quant à vos activités physiques, celles-ci ne provoquant chez vous ni fatigue excessive, ni palpitations, ni manque d'air, ni crises d'angor); elle peut aussi être modérée (les restrictions des activités physiques sont mineures, vous êtes à l'aise au repos, mais vous souffrez de quelques symptômes lors d'activités physiques normales); dans ces conditions, vous pourrez vraisemblablement mener votre grossesse à terme, en vous faisant suivre de très près par un médecin. Si votre maladie est grave (les restrictions de vos activités physiques sont sévères, et même des activités légères provoquent l'apparition des symptômes bien que vous soyez à l'aise au repos) ou très grave (toute activité physique engendre des problèmes et vous remarquez la présence de symptômes même au repos), votre médecin vous dira probablement qu'une grossesse met votre vie en danger. Vous et votre mari aurez à prendre une décision, avec l'aide de votre médecin. Gardez alors à l'esprit le fait que si vous-même ne survivez pas à votre grossesse, votre bébé ne le fera pas non plus. S'il s'avérait nécessaire d'interrompre votre grossesse actuelle, cela ne voudrait pas nécessairement dire que vous seriez condamnée à ne jamais avoir d'enfant. Il sera peut-être possible de remédier à vos problèmes cardiaques (grâce à une opération à cœur ouvert, par exemple), de manière â ce que vous puissiez vivre sans danger une grossesse future. S'il n'est pas question pour vous de subir une telle intervention, vous pouvez songer à l'adoption à condition d'avoir suffisamment d'énergie pour élever des enfants. Si votre cardiologue pense que vous pouvez surmonter avec succès une grossesse, on vous demandera probablement de suivre des règles très strictes. Elles varieront en fonction de votre situation personnelle, mais incluront sans doute les points suivants: - Vous devrez éviter les tensions physiques et émotives ; dans quelques cas, on vous demandera de limiter vos activités pendant toute la durée de votre grossesse, et parfois même de rester au lit. - Vous aurez à suivre correctement votre traitement (assurez-vous qu'il est sans danger pour le bébé, ce qui est le cas de nombreux médicaments). - Vous devrez surveiller attentivement votre régime, de façon à ne pas prendre trop de poids car cela pourrait mettre votre cœur à l'épreuve. - Si votre maladie l'exige, votre régime devra comprendre des aliments à faible teneur en cholestérol, en acides gras saturés, sans toutefois proscrire complètement ces matières grasses; la formation du fœtus en exige un peu pour être complète. On recommande habituellement de restreindre modérément le sodium (environ 2 grammes par jour), mais sans exagération, et de prendre un complément de fer. - Portez des collants élastiques à pression graduée pour réduire la rétention de sang dans vos jambes. - Si vous fumiez encore, cessez immédiatement. D'ici la fin de votre grossesse, vous commencerez probablement à passer de fréquentes échographies et des tests de réactivité fœtale, de manière à suivre révolution du bébé. Ces examens vous permettront de vérifier que tout va bien. Si vous traversez votre grossesse sans complications cardiaques ou pulmonaires, le travail et l'accouchement devraient se dérouler sans problème. Vous n'êtes pas plus susceptible qu'une autre de subir une césarienne. Toutefois, on devra peut-être utiliser les forceps pour réduire l'effort qu'il vous faudra fournir pendant le travail et pour accélérer la phase finale de l'accouchement. Lire la suite...
Time executed 0.0011 seconds
  • Avorter avc citron | Guide de Nourrison