Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/guideden/public_html/wp-content/plugins/fast-wordpress-search/fwp-search.php on line 210 and defined in /home/guideden/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 1247

Resultados para: "avorter avec du paracetamole"

Vous regardez acoucher , bébé Et / ou d'autres éléments liés à votre recherche avorter avec du paracetamole. Trouver les meilleurs conseils pour aider au développement de leur grossesse. accouchement naturel expulsion video, www tubidy com, Six Video Tubidy, tubidy com, créer un compte tubidy, Tibudy com, siatique difficulte a marcher durée.

Rubéole

«J'ai été en contact avec la rubéole lors d'un voyage à l'étranger. Devrais-je me faire avorter C'est une question qui ne se pose qu'à une femme sur dix : les neuf autres sont immunisées contre la rubéole, puisqu'elles l'ont déjà contractée (habituellement pendant leur enfance) ou parce qu'elles ont été vaccinées (en général au début de leur adolescence ou avant leur grossesse). Il se peut que vous ne sachiez pas, avant d'être enceinte, si vous êtes immunisée ou non, mais vous pouvez le découvrir par analyse sanguine. Cet examen mesure le taux d'anticorps de la rubéole présents dans votre sang et tous les médecins le pratiquent systématiquement à la première visite prénatale, si la patiente n'a pas subi d'examens prénuptiaux. Si vous n'étiez pas immunisée, il vous faudra encore attendre avant de prendre des mesures extrêmes. Le seul fait d'être en contact avec le virus ne nuira pas à votre bébé. Pour qu'il y ait un risque, il faut que vous ayez contracté la maladie. Les symptômes sont habituellement bénins (légère fièvre et inflammation des ganglions, suivies quelques jours plus tard d'une éruption cutanée); ils apparaissent deux ou trois semaines après l'exposition et passent quelquefois inaperçus. Une prise de sang déterminera à ce moment-là si vous avez contracté le virus. À partir de la 22e semaine, il est possible d'effectuer une analyse pour savoir si le fœtus a été affecté par le virus (auparavant l'infection peut demeurer imperceptible), mais c'est rarement nécessaire. Malheureusement, lorsqu'une femme a été exposée au virus de la rubéole, il n'existe aucun moyen parfaitement sûr de prévenir l'éclosion de la maladie. On à découvert que les injections de gammaglobuline, pratiquées systématiquement auparavant restaient sans effet. Mais si vous contractez la rubéole, discutez avec votre médecin avant de prendre la décision d'interrompre votre grossesse: les dangers diminuent considérablement à mesure que la grossesse avance. Si une femme contracte le virus au cours du 1er mois, les risques que son bébé soit atteint de malformations congénitales sérieuses sont d'environ 35%. Vers la fin du 3e mois, ils chutent à 10 ou 15%. Enfin, après le 3e mois, l'enfant est très peu menacé. Heureusement en France, les risques d'exposition à la rubéole sont faibles. Depuis la généralisation de la vaccination, on rencontre cette maladie de moins en moins souvent. Si vous n'êtes pas immunisée et que vous ne contractez pas la rubéole, évitez complètement ce dilemme pendant vos futures grossesses en demandant à votre médecin de vous vacciner après votre accouchement. Par précaution, on vous demandera de ne pas concevoir un nouvel enfant pendant les 4 à 6 mois qui suivront la vaccination. Lire la suite...

Toxoplasmose

« Le résultat de mon test de toxoplasmose s'est révélé positif. Le médecin m'a dit qu'il était possible que je doive me faire avorter et j'en suis désespérée. » Une infection ancienne de toxoplasmose est assez fréquente. Le parasite qui cause la maladie, le toxoplasme (Toxoplasma gondii), est transmis aux humains par les matières fécales des chats et par la viande, notamment celle de mouton. Ses effets chez les adultes sont tellement bénins que ses symptômes (une légère éruption, quelques douleurs, des ganglions et une faible fièvre) passent souvent inaperçus. Mais alors que la femme contaminée pendant sa grossesse ne court aucun risque, son fœtus peut souffrir de maladies graves, de malformations ou même en mourir. Néanmoins, avant que vous ne pensiez à mettre fin à votre grossesse, votre médecin vous fera certainement subir d'autres tests pour savoir si l'infection est active. Les experts recommandent une nouvelle analyse sanguine en réitérant, parallèlement, le test sur le premier échantillon. Si l'on découvre une augmentation des protozoaires depuis le premier test et une présence accrue d'anticorps IgM (immunoglobuline dont la présence momentanée traduit l'atteinte récente de la maladie), l'infection est probablement active. Mais dans 95% des cas, les tests suivants se révèlent négatifs. Dans les rares cas où l'infection chez la mère est avérée, les futurs parents doivent examiner les faits, en discuter avec leur médecin, et, si possible, consulter un spécialiste du problème. Les risques d'infection du fœtus existent dès l’Ier trimestre et les dommages sont élevés. Pendant le 2e trimestre la possibilité d'infection est un peu plus forte, mais les risques de dommages sont légèrement moindres. Pendant le dernier trimestre le bébé est plus enclin à être contaminé, mais les risques de dommages sérieux sont très faibles. Actuellement, outre une surveillance échographique régulière, on peut prélever, en centre spécialisé, un échantillon de liquide amniotique et de sang fœtal pour vérifier l'atteinte de l'enfant. Environ 50 à 70 % des femmes sont déjà immunisées avant la conception (le taux est plus élevé pour les femmes qui mangent de la viande crue ou saignante ou qui ont des chats chez elles) et ne risquent donc pas de transmettre l'infection au fœtus. Celles qui ne sont pas immunisées peuvent prévenir l'infection comme suit :
  • Évitez les chats de votre entourage et les chats errants. Faites examiner vos chats pour savoir s'ils ont une infection active. Si c'est le cas, demandez à des amis de s'en occuper pour au moins six semaines — le temps de l'infection. Protégez ceux qui ne sont pas atteints en ne leur donnant pas de viande crue à manger et en ne leur permettant pas d'errer dehors, de chasser les souris et les oiseaux, ou de fraterniser avec d'autres chats. Faites vider la litière par quelqu'un d'autre.
  • Ne jardinez pas dans la terre ou ne laissez pas les enfants jouer dans le sable où les chats ont pu faire leurs besoins. Lavez soigneusement les légumes et les fruits, pelez-les ou faites-les cuire.
  • Ne mangez pas de viande crue ou saignante. Veillez à ce qu'elle soit bien cuite chez vous comme au restaurant.
Enfin, sachez qu'il existe des traitements actifs contre cette maladie. Lire la suite...

Maladie des artères coronariennes

«Mon médecin m'avait avertie que je ne pourrais pas avoir d'enfant parce que j'ai une maladie des artères coronariennes. Mais me voilà enceinte, par accident, et je ne veux pas me faire avorter. Je tiens à ce bébé plus qu'à tout.» Votre situation n'est pas aussi exceptionnelle qu'elle pouvait l'être dans le passé. Les maladies des artères coronariennes, plus fréquentes avec l'âge, deviennent de plus en plus courantes chez les femmes enceintes à mesure qu'augmente le nombre de femmes qui décident tardivement d'avoir un enfant. La nature de votre propre maladie déterminera le danger à poursuivre votre grossesse. Votre maladie peut être bénigne (sans restrictions quant à vos activités physiques, celles-ci ne provoquant chez vous ni fatigue excessive, ni palpitations, ni manque d'air, ni crises d'angor); elle peut aussi être modérée (les restrictions des activités physiques sont mineures, vous êtes à l'aise au repos, mais vous souffrez de quelques symptômes lors d'activités physiques normales); dans ces conditions, vous pourrez vraisemblablement mener votre grossesse à terme, en vous faisant suivre de très près par un médecin. Si votre maladie est grave (les restrictions de vos activités physiques sont sévères, et même des activités légères provoquent l'apparition des symptômes bien que vous soyez à l'aise au repos) ou très grave (toute activité physique engendre des problèmes et vous remarquez la présence de symptômes même au repos), votre médecin vous dira probablement qu'une grossesse met votre vie en danger. Vous et votre mari aurez à prendre une décision, avec l'aide de votre médecin. Gardez alors à l'esprit le fait que si vous-même ne survivez pas à votre grossesse, votre bébé ne le fera pas non plus. S'il s'avérait nécessaire d'interrompre votre grossesse actuelle, cela ne voudrait pas nécessairement dire que vous seriez condamnée à ne jamais avoir d'enfant. Il sera peut-être possible de remédier à vos problèmes cardiaques (grâce à une opération à cœur ouvert, par exemple), de manière â ce que vous puissiez vivre sans danger une grossesse future. S'il n'est pas question pour vous de subir une telle intervention, vous pouvez songer à l'adoption à condition d'avoir suffisamment d'énergie pour élever des enfants. Si votre cardiologue pense que vous pouvez surmonter avec succès une grossesse, on vous demandera probablement de suivre des règles très strictes. Elles varieront en fonction de votre situation personnelle, mais incluront sans doute les points suivants: - Vous devrez éviter les tensions physiques et émotives ; dans quelques cas, on vous demandera de limiter vos activités pendant toute la durée de votre grossesse, et parfois même de rester au lit. - Vous aurez à suivre correctement votre traitement (assurez-vous qu'il est sans danger pour le bébé, ce qui est le cas de nombreux médicaments). - Vous devrez surveiller attentivement votre régime, de façon à ne pas prendre trop de poids car cela pourrait mettre votre cœur à l'épreuve. - Si votre maladie l'exige, votre régime devra comprendre des aliments à faible teneur en cholestérol, en acides gras saturés, sans toutefois proscrire complètement ces matières grasses; la formation du fœtus en exige un peu pour être complète. On recommande habituellement de restreindre modérément le sodium (environ 2 grammes par jour), mais sans exagération, et de prendre un complément de fer. - Portez des collants élastiques à pression graduée pour réduire la rétention de sang dans vos jambes. - Si vous fumiez encore, cessez immédiatement. D'ici la fin de votre grossesse, vous commencerez probablement à passer de fréquentes échographies et des tests de réactivité fœtale, de manière à suivre révolution du bébé. Ces examens vous permettront de vérifier que tout va bien. Si vous traversez votre grossesse sans complications cardiaques ou pulmonaires, le travail et l'accouchement devraient se dérouler sans problème. Vous n'êtes pas plus susceptible qu'une autre de subir une césarienne. Toutefois, on devra peut-être utiliser les forceps pour réduire l'effort qu'il vous faudra fournir pendant le travail et pour accélérer la phase finale de l'accouchement. Lire la suite...

Nourrir au biberon

Si l’allaitement maternel est une expérience agréable pour la mère et l'enfant, il n'y a pas de raison pour que l'allaitement au biberon ne le soit pas également. On a élevé des millions de bébés épanouis et en bonne santé au biberon. Si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas allaiter votre bébé, vous pouvez lui communiquer votre amour aussi bien avec un biberon qu'avec votre sein. Faites de chaque tétée un moment de bonheur avec votre bébé, comme vous le feriez si vous allaitiez. Lire la suite...

Sports

«J'aime jouer au tennis et nager. Puis-je continuer sans danger ?» Il est recommandé à tout le monde d'entretenir une bonne forme physique, mais avec certaines restrictions pour la femme enceinte. Dans la plupart des cas, grossesse n'est pas synonyme d'abandon de la vie sportive: vivez le sport simplement, avec un peu de discernement et de modération. La plupart des médecins ne voient pas d'inconvénients à ce que leurs patientes dont la grossesse se déroule normalement poursuivent les sports auxquels elles sont habituées, tant que c'est possible, mais avec certaines mises en garde, et un seul principe de base : «Ne faites jamais d'exercice jusqu'à épuisement.» Lire la suite...

Les trucs infaillibles… ou presque

Si votre bébé reste nerveux, essayez tout ou partie des « trucs » indiqués ci-dessous pour calmer ses cris. Le son et le mouvement font merveille pour apaiser les enfants et détendre les parents. Le mouvement - Bercez le bébé. Installez-vous avec lui sur une chaise à bascule ou une balancelle. - Marchez ou dansez avec lui. - Bercez-le dans vos bras, sur un lit ou dans son berceau. - Asseyez le bébé dans un « youpala » que vous mettrez en mouvement avec douceur. - Faites une sortie en voiture, ou à pied, avec le bébé dans sa poussette ou en écharpe, même le soir. - Mettez le bébé en écharpe, vaquez à vos occupations et laissez-le se calmer... si vous habitez une maison individuelle. Les sons - Parlez au bébé, chantez, fredonnez. - Allumez la radio ou la télévision. - Faites fonctionner l'aspirateur, ouvrez un robinet à fond. - Donnez-lui un jouet bruyant. - Mettez de la musique douce. Lire la suite...

Coupures et écorchures

Examinez toute blessure pour voir si elle est profonde. Si c'est le cas et si elle saigne abondamment, voyez le médecin. Que faire ? Nettoyez la blessure et son pourtour avec une solution antiseptique (en vente libre chez votre pharmacien). Si vous n'en avez pas sous la main, faites fondre une cuillerée à café de sel dans un verre d'eau et lavez la blessure avec cette solution. Lire la suite...

La toilette hâtive

Cette méthode vous permet de ne laver que les parties du corps qui en ont besoin, avec le minimum de dérangement et d'ennui pour l'enfant. Quand il aura grandi, vous n'aurez plus à employer d'eau bouillie. - Eau bouillie ou eau tiède - Coton - Gant de toilette - Serviette - Couche propre - Protège-couche - Culotte plastique (s'il y a lieu) - Lait de toilette, épingles - Vêtements propres MÉTHODE: 1.Bébé étant étendu, passez légèrement un coton humide sur un œil en allant du nez vers la tempe. Changez de coton pour l'autre œil. 2.Frottez le pavillon et le derrière des oreilles avec du coton hydrophile. Ne cherchez pas à nettoyer l'intérieur. 3.Passez un coton humide sur le visage pour enlever la salive et, éventuellement, le lait qui irriteraient la peau s'ils séchaient. 4.Avec un autre tampon humide, nettoyez les mains (pour un grand bébé, prenez un gant de toilette). Séchez-les à l'aide d'une serviette. 5.Enlevez la couche. Si l'enfant n'est que mouillé, tamponnez avec un coton ou un gant de toilettes humides. 6.S’il s'est sali, enlevez le plus gros avec la couche, puis nettoyez au lait de toilette toute la région qui est restée au contact de la couche. Lire la suite...

Bébé, membre de la famille

Pendant ses premières semaines, il sera l’axe autour duquel toute la famille tournera. Ensuite, c'est lui qui devra apprendre a vivre avec elle. Il est bon pour votre bébé de grandir au milieu de gens qui ont leurs horaires, leurs coutumes, leur comportement propre, et qui se soumettent à un certain nombre de règles. Votre bébé ne pourra pas s'incorporer à ce groupe s'il en est tenu trop souvent éloigné. Faites-le participer aux activités familiales : repas, jeux sorties, courses dans les magasins. Faites-lui partager avec les autres les petits travaux ménagers, les soins à donner au chien, au chat. Emmenez-le chez vos amis. Tous ces contacts sont importants parce que les travaux de ses proches lui ouvriront des perspectives sur les travaux des autres. Il comprendra qu'il doit se conduire avec autrui comme il se conduit avec les membres de sa famille. Celle-ci lui enseignera les conventions et les habitudes de la société dans laquelle vous évoluez. Un des plus sûrs moyens d'acquisition de l'enfant est l'imitation. En vous observant, en copiant vos façons de faire, votre enfant formulera ses propres règles de vie. Lire la suite...

Jouez avec lui

Jouez à la cachette avec votre enfant, qu'il soit dans son lit ou sur vos genoux. Introduisez des variantes. Au lieu de vous dissimuler le visage derrière les mains comme auparavant, cachez-le derrière un foulard ou une serviette. Achetez un ballon de plage et faites-le rouler en direction du bébé. Dès qu'il se maintiendra assis, il pourra vous le renvoyer. Lancez-lui une petite balle sur les genoux, avec beaucoup de douceur, pour qu'il essaie de vous la relancer à son tour. Donnez-lui une boîte à remplir de petits animaux en plastique, de cuillers, d'innombrables petits sujets incassables. Il suffit de lui ouvrir la voie ; ensuite, il passera des heures à remplir et vider sa boîte. Les bébés déploient une patience infinie à encastrer des gobelets ou à empiler des anneaux sur un socle. Ces jouets accélèrent les progrès de la coordination des mouvements ; on trouve un grand choix de modèles basés sur le même principe. Prenez des anneaux assez gros, faciles à saisir. Lire la suite...
Time executed 0.003 seconds
  • Avorter avec du paracetamole | Guide de Nourrison