Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/guideden/public_html/wp-content/plugins/fast-wordpress-search/fwp-search.php on line 210 and defined in /home/guideden/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 1247

Resultados para: "douleurs pelviennes apres fc"

Vous regardez enfant , allaitement Et / ou d'autres éléments liés à votre recherche douleurs pelviennes apres fc. Trouver les meilleurs conseils pour aider au développement de leur grossesse. accouchement naturel expulsion video, www tubidy com, tubidy com, Six Video Tubidy, créer un compte tubidy, Tibudy com, tibudy.

Sur le plan physique

- Pertes sanguines (lochies), qui deviennent rosâtres après une semaine. - Douleurs persistantes dans le ventre pendant les premières 24 heures. - Épuisement : l'accouchement est un important effort physique. - Douleurs dans les seins et engorgement vers le 3e ou le 4e jour après l'accouchement. - Malaises quand vous vous asseyez ou marchez, si vous avez eu une césarienne ou une épisiotomie. - Douleurs au niveau du périnée qui augmentent lors d'efforts ou dans certaines positions, si vous avez accouché par voies naturelles (surtout si vous avez eu une épisiotomie). - Difficulté à uriner pendant une journée ou deux ; difficulté et malaises à l'émission des selles les premiers jours; constipation. - Douleurs générales, en particulier si la poussée a été difficile. - Yeux injectés de sang; marques noires et bleues autour des yeux, des joues et ailleurs, si vous avez dû pousser vigoureusement. - Douleurs et plus tard, engourdissements dans la région de la plaie, si vous avez subi une césarienne (surtout la première fois). - Parfois douleurs et « crevasses » des mamelons, si vous allaitez. Lire la suite...

Douleurs après l’accouchement

«J'ai des douleurs dans le ventre qui ressemblent à des contractions, surtout quand j'allaite.» Vos douleurs se produisent probablement au moment où l'utérus se contracte pour retrouver sa place dans le bassin. Les femmes dont la musculature utérine est flasque parce qu'elles ont eu d'autres grossesses (l'utérus manque alors de tonus) ou très étirée parce qu'elles ont eu des jumeaux sont plus susceptibles de ressentir ces douleurs de façon intense. Celles-ci peuvent être plus prononcées pendant l'allaitement car l’ocytocine est alors sécrétée épisodiquement pour stimuler les contractions. On peut prescrire au besoin un léger analgésique, mais la douleur devrait disparaître naturellement en 4 ou 7 jours. Si l'analgésique ne soulage pas les symptômes, ou si ces derniers persistent pendant plus d'une semaine, voyez votre médecin pour vérifier s'il n'y a pas une infection postnatale. Lire la suite...

Douleurs abdominales

«J'ai des douleurs de chaque côté du bassin. Cela m'inquiète.» Vous ressentez probablement les douleurs causées par l'étirement des muscles et des ligaments qui supportent votre utérus — comme la plupart des femmes enceintes. Elles peuvent être semblables à des crampes ou aiguës et lancinantes, et vous les ressentez le plus souvent quand vous vous levez ou quand vous toussez. Elles peuvent être brèves ou durer des heures. Tant que ces douleurs ne sont qu'occasionnelles et non persistantes — sans être accompagnées de fièvre, de frissons, de saignements, d'évanouissements et autres symptômes inhabituels — il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Vous devriez pouvoir les soulager en reposant vos jambes et en vous étendant dans une position confortable. Parlez-en à votre médecin lors de votre prochaine visite; il vous prescrira peut-être un traitement. Lire la suite...

Infection postnatale

Une infection due à l'accouchement reste rare chez une femme qui a bénéficié de bons soins médicaux et vécu un accouchement sans complications. L'infection postnatale la plus courante est l'endométrite, une infection de la muqueuse qui tapisse l'utérus et qui est fragilisée après le décollement du placenta (cette muqueuse se nomme l'endomètre). L'endométrite peut apparaître après un accouchement par césarienne survenu à la suite d'un travail prolongé ou d'une rupture de la poche des eaux. On retrouve aussi quelquefois cette infection quand un fragment du placenta est resté dans l'utérus. Le problème peut aussi se poser à la suite d'une déchirure du col ou du vagin. Symptômes et signes. Les symptômes varient selon l'emplacement originel de l'infection. Une infection de l'endomètre est caractérisée par une fièvre, de vagues douleurs abdominales et quelquefois un écoulement vaginal à l'odeur nauséabonde. Quand l'infection a lieu à cause d'une déchirure, la femme ressent habituellement des douleurs et de la sensibilité dans la région affectée et, parfois, il se produit un écoulement épais et nauséabond, des douleurs à l'abdomen ou au côté, et de la difficulté à uriner. Dans certains types d'infections, la fièvre monte jusqu'à 40,5°C et s'accompagne de frissons, de maux de tête et de malaises. Il arrive qu'il n'y ait aucun symptôme hormis la fièvre. Pour ces raisons, la moindre fièvre survenant après l'accouchement devrait inciter toute femme à consulter son accoucheur. Traitement. On considère que le traitement aux antibiotiques est très efficace, à condition de le commencer très vite. Une culture peut être effectuée afin de déterminer la nature de l'organisme responsable de l'Infection: ainsi le médecin pourra prescrire un antibiotique approprié. Lire la suite...

Douleurs aux jambes et au dos (sciatique)

«J'ai une douleur dans le côté droit du dos qui descend jusque dans la hanche et la jambe. Que m'arrive-t-il?» Ce n'est qu'un des désagréments de la maternité. La pression de l'utérus grossissant, qui a amené tant d'autres malaises, peut s'étendre jusqu'au nerf sciatique, causant ainsi des douleurs dans le bas du dos, dans les fesses et les jambes. Du repos et une source de chaleur, appliquée localement, peuvent vous soulager. Si la douleur persiste ou vous cloue au lit, appelez votre médecin : il vous prescrira des séances chez un kinésithérapeute spécialisé dans la grossesse. Lire la suite...

Grossesse extra-utérine

«J'ai des douleurs passagères. Est-il possible que je fasse une grossesse extra-utérine sans le savoir?» La peur d’une grossesse extra-utérine s'insinue dans l'esprit de presque toutes les femmes, enceintes pour la première fois, qui ont entendu parler de cette forme anormale d'implantation. Pour la grande majorité, c'est une crainte qui n'est pas fondée et qui peut être complètement écartée au cours de la 8e semaine de grossesse, moment où on aura déjà diagnostiqué et mis un terme à la plupart des grossesses extra-utérines. Seulement 0,5 % des grossesses sont extra-utérines — c'est-à-dire qu'elles s'implantent à l'extérieur de l'utérus, habituellement dans les trompes de Fallope. La majorité de ces grossesses sont diagnostiquées précocement et bénéficient de nouveaux traitements. Plusieurs facteurs augmentent les probabilités de grossesse extra-utérine. Parmi ceux-ci : -Une précédente grossesse extra-utérine. -Des infections pelviennes antérieures. -Une opération chirurgicale de l'abdomen ou des trompes ayant donné lieu à des adhérences post-opératoires. -Une ligature de trompes ayant échoué. -Des interruptions de grossesse répétées, surtout si elles ont été suivies d'infections. -L'exposition au diethylstilbestrol dans l'utérus, en particulier s'il a provoqué des anomalies de structure du système reproducteur. Même si les grossesses extra-utérines sont rares, toutes les femmes enceintes — en particulier celles qui ont une grossesse dite à risque — devraient se familiariser avec leurs symptômes. Les crampes occasionnelles, résultant probablement de l'étirement des ligaments lors de l'accroissèment de l'utérus, ne font pas partie de ces symptômes. Mais tous ceux qui suivent réclament la consultation immédiate d'un médecin. Si vous ne pouvez contacter votre médecin, rendez-vous immédiatement aux urgences de l'hôpital que son cabinet vous recommandera. -Une douleur qui ressemble à des crampes ou à des coliques, habituellement située dans le bas du ventre (qui part d'un côté), bien que la douleur puisse s'irradier dans tout l'abdomen. La douleur peut augmenter quand vous poussez pour aller à la selle, quand vous toussez ou quand vous bougez. Si la trompe se déchire, la douleur devient très aiguë et persistante pendant un bref moment pour ensuite se diffuser dans la région pelvienne. -Des pertes vaginales brunes ou un saignement léger (intermittent ou persistant) peuvent précéder la douleur de quelques jours ou quelques semaines. S'il n'y a pas de déchirure de la trompe, il est possible qu'il n'y ait pas de saignements; mais s'il y a déchirure, des saignements abondants peuvent se produire. -Des nausées et des vomissements chez 25 % à 50 % des femmes ; ils peuvent cependant être difficiles à distinguer des nausées matinales. -Des étourdissements et des faiblesses chez certaines femmes. En cas de rupture de la trompe, il est fréquent d'observer un pouls faible et rapide, une peau moite et des pertes de conscience annonçant un véritable état de choc. -Des douleurs aux épaules. -Ballonnement abdominal. -Une sensation de pression rectale peut intervenir. En cas de grossesse extra-utérine, une rapide intervention chirurgicale peut la plupart du temps sauver les trompes de Fallope de la patiente et par là même sa fertilité. Lire la suite...

Sur le plan physique

- Changements de l'activité fœtale. - Les pertes vaginales (leucorrhées) deviennent plus denses et contiennent plus de mucosités. Celles-ci peuvent être striées de sang ou teintées de brun ou de rose après les relations sexuelles ou un examen vaginal. - Constipation. - Brûlures d'estomac et mauvaises digestions, flatulence et gonflements. - Maux de têtes passagers, vertiges et étourdissements. - Congestion nasale et saignements de nez occasionnels; oreilles bouchées. - Crampes dans les jambes pendant le sommeil. - Augmentation des maux de dos et de la sensation de lourdeur. - Malaises et douleurs dans les fesses et le bassin. - Augmentation de l'œdème des chevilles et des pieds, et parfois des mains et du visage. - Varices sur les jambes ou hémorroïdes. - Démangeaisons du ventre. - Respiration plus facile après la descente du bébé. - Augmentation et intensification des contractions (certaines peuvent être douloureuses). - Envies d'uriner plus fréquentes après la descente du bébé. - Sommeil plus difficile. - Maladresse croissante et difficulté de mouvements. - Colostrum s'écoulant, seul ou sur pression des seins (cette substance, qui précède le lait, peut ne pas apparaître avant l'accouchement). - Fatigue ou regain d'énergie, ou alternance des deux. - Augmentation ou perte d'appétit. Lire la suite...

Crampes après l’orgasme

«J'ai des crampes abdominales après l'orgasme. Est-ce le signe que mes relations sexuelles nuisent à mon bébé ? Peuvent-elles provoquer une fausse couche?» Les crampes — qu'elles surviennent pendant ou après l'orgasme et qu'elles soient parfois accompagnées de douleurs dorsales — sont aussi inoffensives que fréquentes lors d'une grossesse normale. Leurs causes peuvent être physiques — une combinaison de la congestion sanguine dans ce secteur et de la congestion normale due à l'excitation sexuelle et à l'orgasme. Elles peuvent également être d'ordre psychologique — résultat de la peur que les relations sexuelles et l'orgasme nuisent au bébé. Les crampes ne sont pas un signe de violence pour le fœtus. La plupart des experts s'accordent à dire que les relations sexuelles et l'orgasme, pendant une grossesse normale, sont sans danger et ne peuvent être responsables de fausse couche. Si les crampes-vous incommodent, demandez à votre partenaire de vous masser doucement le bas du dos. Un massage devrait non seulement soulager les crampes mais aussi la tension qui peut les avoir engendrées. Lire la suite...

Éclampsie

L'éclampsie, qui peut survenir avant, pendant ou après l'accouchement, est l'aboutissement du syndrome toxémique gravidique. La maladie ne soit pas atteindre ce stade si la patiente reçoit des soins appropriés. Symptômes et signes. Convulsions et coma caractérisent l'éclampsie. Avant d'en arriver à ce stade, on aura constaté de brusques hausses de tension, une nette augmentation du taux de protéines dans l'urine, des réflexes exagérément marqués, de sévères maux de tête, des nausées et vomissements, de l'irritabilité, de l'agitation et l'apparition de tics nerveux, des douleurs en barre au creux de l'estomac, des troubles visuels, de la somnolence. Traitement. On veille à ce que la patiente ne se blesse pas elle-même pendant les convulsions. On lui administre de l'oxygène et des médicaments pour arrêter les crises. Si possible, on crée autour de la patiente un environnement exempt de tout stimulus, en tamisant les lumières et en évitant le bruit. En général, quand l'état de la patiente s'est stabilisé, on pratique une césarienne. La majorité des patientes recouvrent rapidement la santé après l'accouchement, bien qu'un suivi attentif s'impose pour s'assurer que la tension artérielle redevient normale. Lire la suite...

Maladies sexuellement transmissibles (MST)

«Les MST sont-elles dangereuses pendant la grossesse ?» Chaque année, d'après l'OMS (Organisation mondiale de la santé), on recense quelque 250 millions cas de MST de par le monde, dont : - 120 millions d'infections à Trichomonas, - 50 millions de chlamydioses, - 30 millions de verrues génitales, - 25 millions de gonococcies, - 20 millions d'infections à herpès génital... ainsi que bien d'autres (syphilis, hépatite B, chancre mou, mycoses..). Ces chiffres parlent d'eux-mêmes. Les MST sont nombreuses et fréquentes. Quelles sont les mesures à prendre ? Devant toute infection vaginale ou cervicale (pertes blanches ou noires, démangeaisons, irritations, douleurs, fièvre), vous devez impérativement consulter votre médecin. Il saura diagnostiquer le germe en cause, soit à l'examen, soit en vous prescrivant une analyse bactériologique adaptée: il prescrira, pour le couple, le traitement efficace et les mesures d'hygiène à respecter. En effet, selon le stade de la grossesse, les risques sont grands: avortement, infection amniotique, naissance prématurée, hypotrophie, atteinte infectieuse de l'enfant, allant jusqu'à la mort in utero, sans oublier le risque de contamination durant la naissance. Avant, pendant et après la grossesse, tout est prévention, ne l'oubliez pas. Lire la suite...
Time executed 0.0028 seconds
  • Douleurs pelviennes apres fc | Guide de Nourrison