Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/guideden/public_html/wp-content/plugins/fast-wordpress-search/fwp-search.php on line 210 and defined in /home/guideden/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 1246

Resultados para: "grossesse bio chimique"

Vous regardez grossesse , grosse Et / ou d'autres éléments liés à votre recherche grossesse bio chimique. Trouver les meilleurs conseils pour aider au développement de leur grossesse. accouchement naturel expulsion video, www tubidy com, tubidy com, Six Video Tubidy, Tibudy com, créer un compte tubidy, siatique difficulte a marcher durée.

Succédanés de sucre

« Je suis très attentive à mon poids. Puis j’utiliser sans danger des succédanés de sucre ? » Même si cette révélation ne vous fait pas plaisir, sachez que les succédanés de sucre, appelés édulcorants de synthèse, empêchent rarement de grossir. Peut-être cela tient-il au fait que lorsque l'on sucre son thé avec une « sucrette », on se croit permis de manger plus de biscuits... Mais les succédanés offriraient-ils la garantie de ne pas grossir, la plus grande prudence serait néanmoins de mise en ce qui concerne leur consommation durant la grossesse. Malheureusement, très peu d'études ont été menées sur les humains quant aux effets de la saccharine durant la grossesse. Mais les études effectuées sur les animaux ont mis en lumière une augmentation importante des cas de cancers suite à l'ingestion de ce produit chimique par les femelles gestantes. Cela, ajouté à la certitude que, chez les humains, la saccharine passe la barrière placentaire et ne disparaît que très lentement des tissus fœtaux, amène à conclure que la consommation de saccharine est à éviter absolument, dès avant la conception, si possible, et durant toute la grossesse. Cependant, ne vous inquiétez pas si vous avez pris de la saccharine avant de savoir que vous étiez enceinte : les risques d'une consommation occasionnelle, s'ils existent, restent très minces. D'autre part, des études effectuées sur l'aspartam ont prouvé sa totale innocuité chez les femmes enceintes qui en consomment régulièrement. L'aspartam est composé de deux acides aminés courants (la phénylalanine et l'acide aspartique) et de méthanol et la plupart des médecins en tolèrent l'usage modéré au cours de la grossesse. Votre bon sens se doit d'entrer en action. Sucrer un yaourt avec de l'aspartam est une bonne chose, se gaver de sodas sucrés avec de l'aspartam ne l'est pas. Lire la suite...

Sclérose en plaques

«Il y a plusieurs années, on a diagnostiqué chez moi une sclérose en plaques. Je n'ai eu que deux crises, relativement bénignes. Est-ce que cette maladie affectera ma grossesse ? Et ma grossesse affectera-t-elle ma maladie ?» La plupart des scléroses n'ont pas beaucoup d'effets sur la grossesse, si tant est qu'elles en aient. Toutefois, il est recommandé dans votre cas de bénéficier de soins prénatals précoces et suivis, et de voir régulièrement un neurologue. On vous prescrira probablement des compléments en fer pour prévenir l'anémie et, si nécessaire, on vous suggérera des émollients doux pour combattre la constipation. Les infections urinaires sont plus fréquentes pendant la grossesse; pour cette raison, on vous prescrira peut-être préventivement des antibiotiques si vous avez déjà souffert de ce type d'infection. La sclérose en plaques n'a pas d'effets particuliers sur le travail et sur l'accouchement. Une anesthésie par péridurale ne semble pas non plus comporter de dangers particuliers. Réciproquement la grossesse ne semble pas avoir d'effet sur l'évolution de la sclérose en plaques. En fait la plupart des femmes affectées par cette maladie trouvent même que leur état se stabilise pendant cette période. Cependant celles qui avaient déjà des difficultés à marcher avant leur grossesse rencontreront peut-être des difficultés grandissantes pendant les derniers mois, en raison de leur prise de poids. La cortisone peut être recommandée dans certains cas; ce médicament sera pris en faibles doses ou en doses plus fortes, selon les circonstances. On le considère comme sans danger; d'autres médicaments utilisés dans le traitement de la sclérose sont moins sûrs. Avant de prendre quelque médicament que ce soit, assurez-vous que votre médecin a vérifié qu'il était inoffensif pendant la grossesse. Si les risques de rechute ne semblent pas augmenter pendant la grossesse, cela arrive cependant pendant les six mois qui suivent l'accouchement. Mais cela n'est pas aussi grave qu'on l'a cru tout d'abord: en effet, le taux de rechute après la naissance correspond à la fréquence des rechutes sur l'ensemble de votre vie et l'ampleur finale de votre invalidité n'en sera pas aggravée. Voici quelques conseils qui vous permettront de réduire le risque de rechutes postnatales: prenez vos compléments en fer selon les prescriptions, essayez de réduire le plus possible les causes de stress, reposez-vous suffisamment, évitez les infections et les hausses de température trop marquées (par exemple en faisant de l'exercice ou en prenant un bain trop chaud). Si vous reprenez très rapidement votre emploi après l'accouchement, vous vous sentirez peut-être tendue ou fatiguée; discutez de ces problèmes avec votre médecin avant de prendre une telle décision. Vous pouvez allaiter, même s'il vous arrive de prendre des stéroïdes; si vous n'en absorbez qu'en faibles doses, seule une infime quantité de cette substance passera dans le lait maternel. Mais s'il vous arrivait, pendant une courte période, d'en prendre de fortes doses, vous pourriez peut-être (mais demandez l'accord de votre médecin) tirer votre lait à l'aide d'un tire-lait et vous en débarrasser en attendant qu'il cesse de contenir cette substance chimique; pendant ce temps, vous n'auriez qu'à donner à votre bébé du lait en poudre ou votre propre lait préalablement mis de côté à cette fin. Si l'allaitement vous angoisse, envisagez la possibilité de passer aux biberons, en partie ou totalement, et ne vous sentez pas coupable. La plupart des femmes souffrant de sclérose en plaques réussissent à rester actives pendant 25 ans et plus après qu'on ait diagnostiqué leur maladie; de plus, elles sont capables de s'acquitter avec succès des soins à donner quotidiennement à leurs enfants. Lire la suite...

L’enfant obèse

Chez un jeune enfant, l'obésité est presque toujours due à un manque d'exercice combiné à une alimentation peu équilibrée, riche en « mauvaises calories » fournies par les amidons et les sucres que l'on trouve dans les gâteaux, biscuits, bonbons, chocolats, crèmes glacées et boissons sucrées. Si votre enfant fait un excès de poids, pensez à appliquer quelques-uns des conseils suivants: - Évaluez la quantité de sucre consommée par votre enfant alors qu'il n'en a aucun besoin, sous quelque forme que ce soit. - Cessez d'ajouter du sucre à ses aliments. Si c'est nécessaire, essayez un édulcorant chimique pendant quelque temps. - Chiffrez les quantités de nourriture qu'il grignote en dehors des principaux repas. Réglementez tout cela et donnez-lui des goûters « basses calories » (voir rubrique « en-cas »). - Réduisez la quantité de graisse utilisée en cuisine. Supprimez le beurre et même la margarine: il ne s'en apercevra pas. Cuisinez au gril. Achetez des viandes maigres. Supprimez le fromage. - Favorisez le mouvement et le jeu. Ne laissez passer aucune occasion: invitez chez vous des enfants qui courent et jouent au ballon ou bien emmenez votre enfant en promenade et pratiquez avec lui des jeux animés. - Évaluez la quantité de lait qu'il consomme. Si, à un régime déjà riche en protéines, vient s'ajouter beaucoup de lait, il se nourrit trop. Supprimez le lait. - Donnez-lui des aliments crus, préparés à la maison. Les plats préparés du commerce, les en-cas en particulier, apportent trop de calories. Lire la suite...

Tomber malade

Toute femme s'attend à ressentir quelques troubles durant les neuf mois de sa grossesse: nausées matinales, crampes dans les jambes, mauvaises digestions ou fatigue. Mais elle s'étonne de souffrir aussi de petites maladies qui n'ont rien à voir avec sa grossesse: rhume, grippe, gastro-entérite et même rougeole ou oreillons. La plupart de ces maladies n'affectent pas la grossesse, mais il arrive parfois que l'une d'entre elles ne soit pas vraiment inoffensive. Le meilleur moyen de rester en bonne santé pendant une grossesse reste évidemment la prévention. Mais en cas de maladie, il est essentiel de se protéger des complications, et par là même le bébé, en suivant rapidement un traitement efficace. Lire la suite...

Signes de grossesse

« Suis-je enceinte?» Les divers symptômes de grossesse ne sont que des indices. Accordez-leur votre attention, mais n'en attendez pas de certitudes. Ils ne sont pas forcément tous réunis : vous pouvez n'en éprouver que quelques-uns et être enceinte. De même, dans certains cas de déséquilibre hormonal, vous pouvez ressentir tout ou partie de ces symptômes sans pour autant vous trouver enceinte. En fait, voici les preuves manifestes de la grossesse:
  • l'absence de règles, ou aménorrhée, à condition qu'elles aient été auparavant normales et régulières ;
  • l'augmentation de volume et le changement de consistance de l'utérus à l'examen médical ;
  • la positivité d'un test de grossesse fiable, c'est-à-dire sanguin ;
  • la visualisation de l'embryon à l'échographie dès la 7e ou la 8e semaine après la conception.
Donc, les premiers signes de grossesse, dits « sympathiques », n'indiquent qu'une possibilité de grossesse et commandent un examen clinique, un test sanguin, voire une échographie ; il est vrai que l'intuition d'une femme l'amène bien souvent à la pratique de ces examens. Lire la suite...

Contraception postnatale

Les contraceptifs oraux. La pilule est le moyen de contraception le plus efficace (99 %) et le plus employé en France. Bien qu'elle ait des effets secondaires déplaisants pour certaines femmes, elle est commode (si on n'oublie pas de la prendre selon la prescription) et ne dérange pas les relations sexuelles. Pendant les six premières semaines de l'allaitement, on prescrit une pilule uniquement progestative (micropilule), qui ne nuit pas à la production du lait. Le diaphragme. Il est très important qu'il soit réajusté après l'accouchement parce que la taille et la forme de votre col peuvent avoir changé. Néanmoins, il ne peut pas être utilisé pendant plusieurs semaines après l'accouchement (le temps que le vagin retrouve sa taille normale). Son désavantage est qu'il doit être introduit avant chaque relation et qu'on doit le porter pendant 4 ou 6 heures après. Sachez que la protection qu'il confère est loin d'être totale. Son taux d'échec est élevé (12,5 %), car il est fréquemment mal utilisé. Employé avec des crèmes spermicides et selon les recommandations, son efficacité atteint 97%. Le stérilet. Le principal avantage du stérilet est que, une fois installé, vous pouvez le laisser en place pendant au moins 2 ans, bien que vous deviez en vérifier le fil de temps en temps. Le stérilet n'affecte ni la production de lait ni l'allaitement. Il existe quelques contre-indications. Renseignez-vous auprès de votre médecin. Son efficacité est de 98 à 99 %. Contraception locale chimique (crème spermicide ou éponge). Comme le diaphragme, l'éponge ou les crèmes spermicides sont des méthodes contraceptives de barrière ; elles inhibent les spermatozoïdes. Il est conseillé d'associer les crèmes spermicides avec d'autres contraceptifs (préservatifs, diaphragme...). Utilisés correctement, l'efficacité des spermicides est de 95 à 96 %. Les préservatifs. Ils sont efficaces si on les utilise consciencieusement (93 % d'efficacité). Le préservatif est absolument sans danger pour la santé. On peut accroître son efficacité en employant un spermicide en crème ou en gel. Il a l'avantage de ne pas nécessiter de prescription médicale (mais il n'est pas remboursé), d'être facile à obtenir et à transporter. Il ne dérange en rien l'allaitement maternel. Certaines personnes pensent qu'il entrave la spontanéité parce qu'il doit être placé avant la pénétration (et non avant l'érection). D'autres prétendent qu'il réduit la sensibilité. Il faut faire attention, en le revêtant, de laisser un espace dans le bout comme réservoir pour le sperme (si le préservatif n'en a pas un). Le pénis doit être retiré avant que l'érection ne s'estompe totalement et pendant que le préservatif est toujours en place. Lorsque le vagin est sec après la grossesse, les préservatifs lubrifiés ou une crème lubrifiante faciliteront la pénétration. La courbe de température. Cette approche se base sur la connaissance exacte du moment de votre ovulation, et sur l'abstinence pendant cette période ; mais la technique est impossible à suivre pendant que vous allaitez. C'est la moins efficace des méthodes contraceptives. Bien qu'elle soit fondée sur la prise quotidienne des températures basales et sur des échantillons du mucus vaginal, elle représente un taux d'échec de 24 %. À part le risque de grossesse, elle ne représente aucun danger, et elle a l'avantage d'être moralement acceptable pour certains groupes religieux. La stérilisation par chirurgie. La ligature des trompes et la vasectomie doivent être considérées comme des options permanentes, bien qu'occasionnellement on puisse les révoquer. Elles sont aussi de plus en plus sûres et pratiquement infaillibles, même si de temps en temps un échec survient. La stérilisation est un choix fréquent chez les couples qui trouvent que leur famille est complète. Néanmoins, les médecins demanderont que le couple y réfléchisse longuement : nul n'est à l'abri d'un accident (perte d'un enfant, divorce, remariage...). Êtes-vous sûrs de ne jamais vouloir un autre enfant ? La science médicale n'a pas encore développé une méthode contraceptive qui soit totalement efficace et sûre. Il existe donc toujours un risque de grossesse, même si vous avez recours à une contraception, et plus encore si vous n'en avez aucune. Malheureusement, le premier signe de grossesse que vous pourriez observer (l'arrêt des menstruations) ne sera pas apparent si vous allaitez. Mais à cause des changements hormonaux (la production d'hormones n'est pas la même pendant l'allaitement que pendant la grossesse), votre production de lait diminuera de façon évidente dès que la nouvelle grossesse sera établie. Il est possible, de plus, que vous ayez quelques-uns ou tous les autres signes d'une grossesse. Bien sûr, si vous pensez être enceinte, voyez votre médecin dès que possible. Mais il est impossible de réussir à nourrir un bébé au sein en même temps qu'un fœtus en développement ; il est donc très déconseillé de continuer l'allaitement si vous êtes de nouveau enceinte. Lire la suite...

Antécédents

«Je n'ai pas mentionné à mon médecin une grossesse antérieure, parce qu'elle s'est déroulée avant mon mariage. Aurais-je dû lui en faire part? » Vos antécédents gynécologiques sont aussi importants pour votre médecin que les informations qu'il obtient à chaque examen au cours de votre grossesse. Les grossesses passées, les fausses couches, les avortements, les interventions chirurgicales et les infections peuvent avoir une influence sur votre grossesse actuelle. Il est très important que votre médecin les connaisse. Étant tenu au secret professionnel, il ne communiquera ces informations à personne, pas même à votre mari. Il ne vous condamnera pas non plus : son métier consiste à aider mère et enfant, certainement pas à juger. Lire la suite...

Vue

«Ma vue me semble avoir baissé depuis que je suis enceinte. Mes verres de contact me paraissent ne plus être adaptés. Est-ce dû à ma grossesse Les yeux sont un des nombreux organes sur lesquels les hormones de grossesse agissent. Et non seulement votre vue peut baisser, mais vous pouvez ne plus supporter vos lentilles de contact rigides. Bien que ces effets, probablement liés à une rétention d'eau, soient temporaires, ils n'en restent pas moins gênants. Votre vue devrait revenir après l'accouchement. Étant donné le coût financier d'un changement de lentilles rigides durant la grossesse, vous pourriez envisager de porter des lunettes ou des lentilles souples, si c'est possible, jusqu'à l'accouchement. Si une légère baisse de vision n'est pas insolite pendant la grossesse, d'autres symptômes plus graves, cependant, peuvent révéler un problème. Si votre vue devient brouillée, indistincte, comme marquée de taches ou se dédouble, n'attendez pas que le malaise disparaisse de lui-même : appelez votre médecin immédiatement. Lire la suite...

Un stérilet toujours en place

« Je porte un stérilet depuis deux ans, et je viens tout juste d'apprendre que je suis enceinte. J'aimerais garder le bébé. Est-ce possible ?» Il est très déroutant de se retrouver enceinte alors que l'on utilise une méthode de contraception, mais cela arrive parfois. Avec un stérilet les risques de grossesse sont de l'ordre de I a 2 %, selon le type de sterlet utilisé. Une femme se retrouvant enceinte avec un stérilet et désirant mener sa grossesse à terme devrait discuter le plus rapidement possible avec son médecin des deux possibilités qui s'offrent à elle : laisser le stérilet en place ou le faire enlever. D'après de récentes recherches, elle a plus de chances de mener à bien sa grossesse en choisissant la seconde option, surtout si le stérilet est enlevé dans les jours qui suivent le diagnostic de grossesse Si on laisse le sterlet en place durant toute la grossesse, il y a peu de chances que la grossesse parvienne à terme et un risque certain d’avortement spontané. En enlevant le stérilet, le risque tombe à 20 %. Cette donnée ne vous rassure peut-être pas, mais dites-vous bien que le taux de fausses couches, pour l’ensemble des grossesses, tourne autour de 10%. Si vous poursuivez votre grossesse en gardant votre stérilet, vous devrez, au cours du premier trimestre, prendre garde aux signes suivants : saignements, contractions, douleurs ou fièvre, parce que le dispositif intra-utérin augmente le risque de complications. Si ces symptômes se manifestent, avertissez-en rapidement votre médecin. Lire la suite...

Ventre

«Je pensais que ma grossesse ne serait pas visible avant le 3e mois au moins et je m'aperçois que mon ventre s'arrondit déjà.» Que votre ventre s'arrondisse peut très bien être le résultat légitime de votre grossesse, en particulier si vous étiez mince, avec peu de chair pour cacher la croissance de votre utérus. Cela peut être également le résultat d'une distension intestinale, qui se produit très fréquemment en début de grossesse. Il est possible encore que ce ne soit rien d'autre que de petits bourrelets autour de la taille, signe d'une prise de poids trop rapide. Si jusqu'à présent vous avez pris du poids, observez votre alimentation : il est fort possible que vous absorbiez trop de calories. Lire la suite...
Time executed 0.0023 seconds
  • Grossesse bio chimique | Guide de Nourrison