Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/guideden/public_html/wp-content/plugins/fast-wordpress-search/fwp-search.php on line 210 and defined in /home/guideden/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 1247

Resultados para: "liquide amniotique teinte"

Vous regardez bébé , enfant Et / ou d'autres éléments liés à votre recherche liquide amniotique teinte. Trouver les meilleurs conseils pour aider au développement de leur grossesse. accouchement naturel expulsion video, www tubidy com, Six Video Tubidy, tubidy com, créer un compte tubidy, Tibudy com, siatique difficulte a marcher durée.

Liquide amniotique teinté

«Mes membranes se sont rompues et le liquide est brun verdâtre. Qu'est-ce que cela signifie?» Votre liquide amniotique est mêlé de méconium, une substance brun-vert qui vient du système digestif de votre bébé. En général, le méconium est évacué après la naissance dans les premières selles du bébé. Mais quelquefois (en particulier si une certaine forme de souffrance fœtale se produit ou s'est produite), le méconium apparaît avant la naissance mêlé au liquide amniotique. Les traces de méconium sont un signe certain de souffrance fœtale, prévenez sur-le-champ votre médecin. Lire la suite...

Rupture de la poche des eaux

«Je me suis réveillée au milieu de la nuit dans un lit mouillé. Ai-je été incontinente ou la poche des eaux s'est-elle rompue ?» L'odeur de vos draps sera probablement un indice. Si les endroits mouillés sur le drap ont une odeur douce plutôt qu'une odeur d'ammoniaque, vous avez sans doute perdu du liquide amniotique (il ne s'arrêtera pas de s'écouler). Si vous vous tenez debout ou assise, cependant, il est possible que la tête du bébé agisse de la même façon qu'un bouchon et ralentisse l'écoulement. Certaines femmes ne font jamais l'expérience d'un écoulement violent de liquide amniotique lorsque la poche des eaux se rompt, en partie â cause de l'effet de bouchon, et en partie parce qu'aucune contraction ne pousse le liquide vers l'extérieur. Seul un petit filet s'écoule constamment. En général, des pertes qui commencent et s'arrêtent ensuite, plusieurs semaines avant l'accouchement, indiquent la possibilité d'une fissure dans la poche des eaux (membranes) qui s'est refermée d'elle-même. «Je viens tout juste de perdre mes eaux, mais je n'ai pas de contractions. Quand commencera le travail ? Que faire entre-temps ?» Si vous faites partie de la majorité des femmes, dans les 12 prochaines heures. Sinon, vous sentirez probablement les premières contractions d'ici 24 heures. Dans 1 cas sur 10 le travail prend plus de temps encore à s'amorcer. Parce que les risques d'infection chez la mère ou le bébé peuvent s'accroître du fait de la rupture de l'enveloppe amniotique, la plupart des médecins provoqueront le travail 24 heures plus tard, d'autres attendront seulement 6 heures. Quand les membranes se déchirent avant la 34e semaine ou s'il y a des raisons de craindre l'immaturité du fœtus, certains médecins recommandent un délai de 48 à 72 heures, sous contrôle médical attentif, pendant lequel certains administrent au fœtus un traitement qui accélérera la maturation de ses poumons et, à la mère, des antibiotiques contre une éventuelle infection. Si vous pensez que vos membranes se sont rompues, appelez votre médecin ou votre sage-femme. En attendant, gardez votre région vaginale aussi propre que possible pour éviter l'infection. Ne prenez pas de bain et n'ayez pas de relations sexuelles ; utilisez des serviettes périodiques pour absorber l'écoulement de liquide amniotique; n'essayez pas de faire vous-même un examen interne; essuyez-vous de l'avant vers l'arrière quand vous allez aux toilettes. Quand le bébé n'est pas descendu dans le bassin, ce qui se produit rarement dans le cas d'une rupture à terme des membranes (et plus souvent dans les accouchements prématurés ou par le siège), il peut y avoir « procidence » du cordon ombilical — le cordon descend dans le col de l'utérus (le cervix) ou même dans le vagin en même temps que l'épanchement du liquide amniotique. Parce que la pression exercée sur le cordon peut couper l'approvisionnement du fœtus en oxygène, la procidence requiert des soins médicaux immédiats. Si une boucle du cordon apparaît dans votre vagin, faites-vous conduire de toute urgence sur votre lieu d'accouchement. Lire la suite...

Chutes

«J'ai butté sur un trottoir aujourd'hui et je suis tombée ventre en avant sur le ciment. Je ne m'en fais pas pour mes genoux et mes coudes éraflés, mais j'ai peur d'avoir blessé mon bébé.» Une femme dans les trois derniers mois de sa grossesse n'est pas exactement la plus agile des créatures terrestres. Un sens de l'équilibre affaibli, en raison du déplacement de son centre de gravité, et des articulations moins stables augmentent sa maladresse et la prédisposent à des chutes bénignes — souvent sur le ventre. Sans compter sa tendance à la fatigue, ses préoccupations et ses rêveries, et sa difficulté à voir ses pieds pardessus son ventre. Mais alors qu'une chute sur le bord du trottoir peut vous laisser des éraflures et des contusions (surtout d'amour-propre), il est extrêmement rare qu'un fœtus souffre de la maladresse de sa mère. Votre bébé est protégé par le pare-chocs le plus sophistiqué du monde, composé de liquide amniotique, de solides membranes, d'un utérus musclé, et d'une cavité abdominale robuste, en général. Pour franchir ce barrage et blesser votre bébé, il vous faudrait subir de très sévères blessures qui vous amèneraient probablement à l'hôpital. Même si votre chute est probablement sans conséquences, avertissez néanmoins votre médecin. Il demandera peut-être à vérifier les battements cardiaques de votre bébé — principalement pour calmer vos inquiétudes. Cependant, s'il vous arrivait de noter des saignements ou un écoulement de liquide amniotique, ou de sentir que votre bébé est soudainement inerte, demandez une aide médicale immédiatement. Faites-vous conduire à la maternité si vous ne pouvez joindre votre médecin. Lire la suite...

Rupture de la poche des eaux en public

«Je vis dans l'angoisse que la poche des eaux ne se rompe en public.» Vous n'êtes pas la seule à avoir cette crainte. L'idée que la poche des eaux se rompe dans l'autobus ou dans un magasin bondé est aussi humiliante pour la plupart des femmes enceintes que celle d'une perte de contrôle de sa vessie en public. Mais si cela vous arrive, vous ne devriez pas vous sentir gênée : vous ne trouverez qu'aide, secours et compréhension autour de vous. Il y a deux choses que vous devez savoir. Premièrement la rupture de la poche des eaux avant le début du travail est possible mais pas systématique (seulement 15% des femmes) ; le liquide amniotique peut soit couler abondamment soit en un filet continu. Deuxièmement, l'abondance de liquide est variable, selon qu'il s'agisse d'une rupture ou d'une fissuration. Quel que soit votre cas, ou même si vous avez un doute, rendez-vous immédiatement à l'endroit où vous devez accoucher pour être examinée. Lire la suite...

Dépassement de terme

«J'ai dépassé ma date prévue d'accouchement d'une semaine et mon médecin m'envoie passer tous les jours un examen du rythme cardiaque du bébé. Est-il possible qu'il faille déclencher le travail ?» La date magique est encerclée en rouge sur votre calendrier; chaque jour, pendant les 41 semaines qui la précèdent, vous faites une croix avec impatience. Puis, enfin, le grand jour finit par arriver, et, parfois, pas le bébé. L'attente se change en découragement. Le berceau et le landau du bébé demeurent vides un jour encore, puis une semaine. Cette grossesse ne finira-t-elle donc jamais ? Même si certaines femmes qui ont atteint la 42e semaine ont quelque peine à le croire, on n'a jamais vu de cas de grossesse sans fin — même avant l'avènement du déclenchement du travail (il est vrai que aujourd'hui, on provoque généralement le travail avant de dépasser la 42e semaine si l'état du col le permet). Quand la grossesse d'une femme dépasse la date prévue, l'obstétricien évalue la situation, en prenant deux facteurs majeurs en considération. Premièrement, la date prévue de l'accouchement est-elle juste ? Il peut en être raisonnablement sûr si cette date correspondait avec la date donnée par l'échographie précoce. On a actuellement recours à l'échographie pour établir le stade de la gestation dès le début de celle-ci. On estime qu'environ 70% des grossesses prolongées sont dues à un mauvais calcul de la date de la conception, s'il n'y a pas eu d'échographie précoce. Deuxièmement, le fœtus continue-t-il à se développer normalement ? Le placenta qui s'épuise peut parfois commencer à se détériorer et le bébé arrêter de se développer. Il est possible que ces bébés post- matures perdent du poids dans l'utérus et naissent avec des membres longs et maigres et une peau sèche, semblable à un parchemin, qui pend mollement à cause de la diminution de la couche de graisse. Même si les risques de souffrance pendant le travail sont plus grands chez les bébés post matures que chez les nouveau-nés à terme, ils se développent habituellement de façon normale après la naissance. Il existe différentes manières de déterminer l'état du fœtus après terme et celui de son placenta. Ces tests sont à la discrétion du médecin: soit systématiques, quand la grossesse se prolonge d'une semaine ou plus, ou plus rarement, effectués en raison de risque de problèmes soit pour la mère, soit pour le fœtus. L'examen du rythme cardiaque du fœtus est simple et sans danger. On relie la mère à un appareil d'enregistrement du cœur du bébé afin d'observer la réponse du cœur fœtal à ses mouvements. Normalement, le rythme des battements accélérera immédiatement après chaque mouvement. Deux accélérations de ce genre dans une période de 20 minutes indiquent que le fœtus réagit et qu'il est, de ce fait, en bonne santé. Le test de stress, ou test d’essai à l'ocytocique, évalue également la capacité de réaction du cœur fœtal ; on considère la réaction du fœtus non pas par rapport aux mouvements, mais par rapport aux contractions utérines qui simulent celles du travail. Dans cet examen qui est en quelque sorte plus complexe et prend plus de temps (jusqu'à trois heures) on relie la mère à l'appareil, comme si elle était en travail. Si les contractions ne se produisent pas assez souvent d'elles-mêmes, on les provoque en administrant de l'ocytocique en perfusion à doses très faibles et progressives par seringue électrique. La réponse fœtale indique la condition probable du fœtus aussi bien que sa capacité à supporter l'effort ardu du travail à venir. Ce test est délicat et n'est plus toujours pratiqué. Si le col est ouvert, on peut pratiquer une amnioscopie à la recherche de vernix (flocons dans le liquide amniotique) dont la disparition indique que le terme est dépassé. Cet examen apprécie également la coloration du liquide amniotique: teinté, il impose que Ton prenne des précautions. L'échographie joue un rôle majeur. Elle mesure les citernes du liquide amniotique dont la disparition totale indique l'urgence de mettre fin à la grossesse par déclenchement du travail ou césarienne. Elle permet de voir les mouvements fœtaux et les mouvements respiratoires. Elle permet également d'effectuer un examen par Doppler qui indique si le fœtus reçoit suffisamment d'apport. Si le fœtus passe tous ces tests de façon rassurante, le médecin laissera probablement la nature suivre son cours un peu plus longtemps. On répétera les tests quotidiennement. Si à un moment ou un autre les résultats indiquent une insuffisance, le médecin décidera d'extraire le fœtus de son environnement altéré en provoquant le travail ou en pratiquant une césarienne. Lire la suite...

Amniocentèse

Les cellules perdues par le fœtus en développement dans le liquide amniotique font de cette solution un indicateur fiable de l'état du bébé dans l'utérus. Ainsi, le prélèvement d'un peu de ce liquide par le biais de l'amniocentèse constitue l'une des découvertes les plus importantes du diagnostic prénatal. Les cellules prélevées sont cultivées en laboratoire et d'éventuelles anomalies chromosomiques ainsi détectées. L'examen se pratique au cours du 3e mois de grossesse et le résultat est donné un mois plus tard. On prescrit l'amniocentèse quand :
  • La mère a plus de 38 ans. Entre 80 % et 90 % des amniocentèses sont effectuées en fonction de l'âge maternel avancé, surtout pour détecter la présence des trisomies 21, 13, 18 plus fréquentes chez les enfants de mères plus âgées.
  • Le couple a déjà eu un enfant présentant une anomalie chromosomique (comme le mongolisme) ou atteint d'un trouble métabolique (comme la maladie de Hunter).
  • Un membre de la famille ou l'un des enfants du couple présente des troubles de fermeture du tube neural (spinabifida) : on dose alors l'acétylcholine estérase dans le liquide amniotique.
  • La mère est porteuse d'un trouble génétique (comme l'hémophilie) qu'elle a 50 % de risques de transmettre à son enfant si c'est un garçon. L'amniocentèse ne permet d'identifier que le sexe du foetus. Le prélèvement de sang fœtal dans le cordon ombilical sous contrôle échographique, complète le diagnostic. Ce diagnostic bénéficie largement de la biopsie du trophoblaste qui est faite plus précocement et permet le diagnostic de sexe et d'hémophilie.
  • Les deux parents sont porteurs de troubles autosomiques récessifs génétiques, comme l'anémie à hématies falciformes ou la mucoviscidose, et courent ainsi un risque sur quatre de donner le jour à un enfant atteint.
  • Il est nécessaire d'établir le degré de développement des poumons du fœtus (parmi les derniers organes aptes à fonctionner par eux-mêmes), lorsqu'on envisage un accouchement prématuré pour protéger la santé de la mère ou de l'enfant.
Sachez néanmoins que, quel que soit l'âge de la mère, l'amniocentèse peut toujours être pratiquée, mais alors elle n'est pas remboursée par la Sécurité sociale.
  • Quand procède-t-on ? Le diagnostic de 2e trimestre de l'amniocentèse a lieu habituellement entre la 16e et la 18e semaine d'aménorrhée, même s'il arrive qu'il soit pratiqué dès la 14e semaine, ou au contraire à la 20e. Plus tôt, il n'y aurait pas suffisamment de liquide amniotique, et plus tard, on ne pourrait plus pratiquer un avortement en cas de malformation. Comme l'on doit procéder à la culture des cellules en laboratoire, les résultats demandent de 10 à 20 jours pour être connus ; cependant, on peut parfois obtenir des résultats immédiats (pour la maladie de Hunter et les malformations du tube neural, par exemple). On peut également procéder à l'amniocentèse en cours de 3e trimestre pour déterminer la maturité des poumons du fœtus.
  • Comment procède-t-on ? Après avoir vidé sa vessie, la future maman s'allonge sur la table d'examen. L'échographie localise ensuite le fœtus et le placenta pour que le médecin les évite en cours d'opération. On enduit l'abdomen d'une solution antiseptique. On introduit une longue aiguille creuse à travers la paroi abdominale jusque dans l'utérus, toujours sous surveillance échographique, pour prélever une petite quantité de liquide amniotique. Avant et après l'amniocentèse, on vérifie la tension et le pouls de la mère ainsi que les battements cardiaques du bébé. À moins que cela ne fasse partie du diagnostic, les parents peuvent demander que le sexe du bébé ne leur soit pas dévoilé.
  • Est-ce dangereux ? Après l'amniocentèse, certaines femmes souffrent de crampes abdominales pendant quelques heures tout au plus ; il arrive exceptionnellement qu'elles présentent un léger saignement vaginal ou une perte de liquide amniotique. Même si les risques sont minimes (0,05 %), on peut souffrir par la suite d'une infection qui mène à l'avortement spontané. L'amniocentèse, comme tout diagnostic prénatal, ne devrait être prescrite que lorsque les bénéfices dépassent les risques qui lui sont inhérents.
Actuellement, on tente généraliser des tests sanguins (dosage de béta HCG) permettant de dépister la trisomie 21 entre 15 et 16 semaines d'aménorrhée. Les taux les plus élevés classent les femmes dans les catégories dites à risques, chez qui l'amniocentèse est indispensable. Lire la suite...

Boissons

Vous devez boire pour deux. Si vous avez toujours été sobre comme un chameau en vous contentant d'à peine une gorgée d'eau par jour, il est temps dorénavant de changer vos habitudes. Votre besoin de liquide s'accentue pendant la grossesse à mesure que les liquides de votre corps augmentent. Votre bébé aussi a besoin de liquide. La plus grande partie de son corps, comme le vôtre, est composée d'eau. Un excédent de liquide vous garantira également une peau douce, diminuera la constipation, débarrassera votre corps des toxines et des déchets, et réduira les risques d'infection du système urinaire. Faites en sorte de boire au moins 1,5 litre par jour — plus, si possible. Bien sûr, ce liquide peut ne pas provenir directement du robinet mais du lait, des jus de fruits et de légumes, de petites quantités de café léger ou de thé, des soupes, des eaux minérales gazéifiées ou plates. En été et quand il fait chaud, buvez plus d'1,5 L. Lire la suite...

Procidence du cordon

Dans l'utérus, la vie du bébé ne tient qu'à un fil et ce fil, c'est le cordon ombilical. Quand l'enveloppe amniotique se rompt, il arrive que ce cordon glisse ou descende dans le col, et parfois même dans le vagin, entraîné par le flux du liquide amniotique (c'est ce que l'on appelle la procidence du cordon). Si le cordon est, de plus, coincé entre le bébé et les os du bassin de la mère, l'apport en oxygène, vital pour le bébé, peut s'en trouver réduit, voire complètement coupé. Le plus souvent, on rencontre des cas de procidence quand le travail est prématuré (parce que la tête du bébé est trop petite pour occuper entièrement le bassin) ou quand le bébé ne se présente pas par la tête (un pied, par exemple, prend moins de place qu'une tête, laissant ainsi de l'espace pour le cordon qui glisse ainsi dans le col). Symptômes et signes. Il arrive que le cordon ombilical descende tellement qu'on le voie apparaître hors du vagin; ou encore que la mère le sente, comme si elle avait quelque corps étranger dans le vagin. S'il se trouve ainsi compressé, toute souffrance fœtale sera manifeste. Traitement. Si vous pouvez réellement voir ou sentir le cordon ombilical dans votre vagin, tenez-le doucement (sans le compresser ni l'écraser) avec des compresses ou une serviette propre. Faites-vous conduire de toute urgence a la maternité: c'est le moment où jamais d'appeler le SAMU, car la vie de votre bébé est en danger. En effet, la procidence du cordon est une urgence très rare mais redoutable et redoutée. Lire la suite...

Yeux chassieux

On remarque fréquemment que, peu après la naissance, les nouveau-nés ont la paupière d'un œil collée. Cet incident est généralement provoqué par quelques traces de sang ou de liquide amniotique qui se sont introduites sous les paupières pendant l'accouchement. Que faire ? On peut toujours craindre qu'une affection bactérienne en soit la cause. Parlez-en au médecin, qui jugera de l'opportunité d'administrer des antibiotiques. Mais le plus souvent, il n'y a rien de mieux à faire que des lavages à l'eau bouillie. Passez un peu de coton hydrophile humecté d'eau bouillie sur l'œil infecté, en dirigeant le tampon du coin de l'œil vers la tempe. Jetez le coton et prenez-en un propre pour laver l'autre œil. Ne couchez jamais le bébé du côté de l'œil atteint : en effet, s'il suppure sur le linge placé sous la tête, l'autre œil pourrait se trouver infecté quand vous changez le bébé de position. Lire la suite...

Rupture prématurée de la poche des eaux

Il s'agit de la rupture des membranes (poche des eaux) avant le début des contractions. Elle peut se produire quelques heures avant l'accouchement, ou des semaines voire des mois plus tôt. On ne sait pas précisément pourquoi ces membranes se rompent précocement chez l'une alors que, chez l'autre, elles ne se rompent pas même pendant le travail, ce qui oblige l'accoucheur à le faire artificiellement. Symptômes et signes. On constate des pertes et des épanchements vaginaux de liquides continus ou abondants. Après examen, le médecin constate que ces liquides proviennent du col qui peut déjà être ouvert. Traitement. La plupart des médecins s'accordent, à juste titre, à recommander à toute femme dont les membranes se rompent prématurément de se rendre immédiatement sur son lieu d'accouchement pour que l'équipe médicale évalue l'état du bébé et de l'utérus. Cela évite d'éventuelles Infections et d'autres conséquences graves, comme la procidence du cordon. Cet examen peut prendre une heure ou une journée entière. Pendant l'évaluation première, la mère est ordinairement admise à la maternité pour un repos complet et pour un suivi attentif de son état et de celui du bébé. On vérifie régulièrement sa température et l'on procède à une numération globulaire, à un prélèvement microbien vaginal et à un examen d'urine; ainsi, si une infection se manifeste, les médecins peuvent réagir immédiatement pour prévenir l'accouchement prématuré; on administre souvent des antibiotiques, avant même d'obtenir les résultats des analyses. Cette intervention permet de prévenir toute infection à l'intérieur du sac amniotique désormais ouvert. Si les contractions commencent avant que le fœtus ne soit mature, on les stoppe à l'aide d'un médicament. Tant que la mère et le bébé se portent bien, on maintient cette ligne de conduite et on attend ainsi que le bébé soit prêt à affronter l'accouchement en toute sécurité. Si, à quelque moment que ce soit, on considère que le bébé ou la mère sont en danger, on procède rapidement à l'accouchement. Il est rare que l'écoulement de liquide amniotique cesse spontanément. La plupart des médecins essaient de retarder l'accouchement jusqu'à la 34e ou la 36e semaine de grossesse. À ce stade-là, certains provoquent le travail, si c'est possible ; d'autres continuent à reporter l'accouchement jusqu'à la 37e semaine (certains basent leur décision sur la maturité des poumons du bébé qu'ils déterminent en pratiquant une amniocentèse ou en analysant le liquide amniotique qui s'écoule dans le vagin). Mais quand la déchirure prématurée des membranes se produit à la 37e semaine ou plus tard, la plupart des médecins acceptent l'accouchement. Entre deux maux, on choisit le moindre: à ce stade, les chances de survie du fœtus sont très bonnes et un accouchement permet d'éviter une infection probable en cas de retard, même si celui-ci n'est que de 24 ou de 36 heures. Avec des soins appropriés, la mère et le bébé, même prématuré, devraient bien se porter. Lire la suite...
Time executed 0.0018 seconds
  • Liquide amniotique teinte | Guide de Nourrison