Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/guideden/public_html/wp-content/plugins/fast-wordpress-search/fwp-search.php on line 210 and defined in /home/guideden/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 1247

Resultados para: "position pour dormir apres cerclage"

Vous regardez allaitement , enfant Et / ou d'autres éléments liés à votre recherche position pour dormir apres cerclage. Trouver les meilleurs conseils pour aider au développement de leur grossesse. accouchement naturel expulsion video, www tubidy com, Six Video Tubidy, tubidy com, créer un compte tubidy, Tibudy com, siatique difficulte a marcher durée.

Position pour dormir

«J'ai toujours dormi sur le ventre. Maintenant je n'ose plus le faire. Pourtant je n'arrive pas à trouver d'autres positions confortables.» Il peut être assez traumatisant de quitter votre position habituelle de sommeil pendant la grossesse. Vous êtes condamnée à y perdre le sommeil — du moins jusqu'à ce que vous vous soyez habituée à votre nouvelle position. Et il est temps de vous y habituer, avant que votre ventre qui grossit ne vous empêche définitivement de trouver la bonne position. Pendant la grossesse, on proscrit les deux positions de sommeil — sur le ventre et sur le dos — les plus fréquentes. Pour des raisons évidentes, dormir sur le ventre deviendrait aussi inconfortable que de dormir sur une citrouille. Même si c'est plus confortable, quand vous dormez sur le dos, le poids de votre utérus repose entièrement sur votre dos, vos intestins et votre veine cave inférieure (la veine qui renvoie la circulation sanguine du bas du corps en direction du cœur). Cette position peut aggraver les maux de dos et les hémorroïdes, troubler les fonctions digestives, et surtout la respiration et la circulation sanguine, et provoquer de l'hypotension (baisse de tension artérielle): aussi conseille-t-on aux femmes enceintes de dormir sur le côté gauche (dormir sur le côté droit est déconseillé car, de la même façon que sur le dos, cela peut exercer une pression trop forte sur la veine cave). Il est préférable, pour vous et votre bébé, de vous mettre en boule ou de vous allonger, sur le côté gauche, une jambe sur l'autre et un oreiller entre les deux. Cette position permet non seulement à votre placenta de bénéficier du maximum d'afflux sanguin et d'éléments nutritifs, mais elle favorise les fonctions rénales, améliorant l'élimination des déchets de l'organisme et des fluides en réduisant donc les œdèmes (enflures) au niveau des chevilles, des pieds et des mains. Très peu de gens cependant arrivent à passer la nuit entière dans une même position. Ne vous inquiétez pas si vous vous réveillez sur le dos ou sur le ventre, recouchez-vous simplement sur le côté. Et ne vous en faites pas si vous n'êtes pas à l'aise pendant quelques nuits. Votre corps s'adaptera bientôt à sa nouvelle position. Lire la suite...

Les siestes

A partir du moment où votre enfant dort toute la nuit, il a besoin d'une ou deux siestes quotidiennes pour se revigorer; les horaires varient d'un bébé à l'autre: certains se rendorment après le petit déjeuner, d'autres en milieu de matinée, après le repas de midi ou vers seize heures. Au début, cela varie d'un jour à l'autre et d'une semaine à l'autre. A la fin de la première année, tout se régularise. En dehors d'occasions exceptionnelles (lorsque, par exemple, il faut qu'il soit éveillé à une heure précise), laissez votre bébé dormir autant qu'il le veut. Il y en a qui ne prennent que vingt minutes de repos dans la journée alors que d'autres s'octroient quatre heures de sommeil. Toutefois, si votre bébé entend dormir pendant tout l'après-midi et veiller tard le soir, vous l'encouragerez certainement à se réveiller plus tôt et à se coucher le soir plus tôt également. Cela ne lui fera aucun mal et n'en fera pas non plus aux autres membres de la famille. Lire la suite...

Où faire dormir votre enfant ?

Au cours de cette année; il cherchera à sortir de son lit pour venir vous retrouver. Une chute peut toujours être dangereuse. Abaissez le matelas de sorte qu'il ne puisse passer par-dessus la galerie du lit, ou couchez-le dans un lit bas. On vend des lits avec barrières de sécurité qui sont à recommander tout particulièrement si vous décidez de le faire dormir dans ce genre de lit quand il est tout petit. Lire la suite...

AIDEZ-LE À S’ENDORMIR

Le jour - Remplissez une boîte (qui ne servira que pour la sieste) de petits jouets et d'albums à regarder avant de s'endormir. Ne les choisissez pas trop beaux. Ils risquent d'être déchirés. Donnez-lui des livres à feuillets cartonnés: mieux : faites-les vous-même en collant sur du carton de belles images que vous aurez découpées dans des magazines, reliez les feuillets et posez une couverture en plastique. - Faites-lui plaisir en l'autorisant à dormir dans votre lit, sur un divan ou n'importe où, mais près de vous. - Procurez-lui un moment de repos, sans dormir, s'il refuse de faire la sieste. - Passez-lui une bande longue durée au magnétophone s'il ne veut pas dormir. Il ne pourra retourner à ses jouets que lorsque la musique s'arrêtera. Le soir - Attendez un peu avant de le coucher s'il s'est livré à un jeu passionnant ou très animé. Il aurait les plus grandes difficultés à s'endormir et vous en seriez les premiers lésés. Accordez-lui un quart d'heure pour se calmer en regardant la télévision avec vous ou en prenant un livre ne contenant pas d'images effrayantes. Même les très jeunes bébés aiment « lire » au lit. - Faites tomber une goutte de votre eau de toilette ou de lotion après rasage de son papa sur son oreiller et recommandez-lui de respirer très fort. Les inspirations profondes détendent et favorisent l'assoupissement. - Donnez-lui un bain avant l'heure du coucher puis une boisson chaude et racontez-lui une belle histoire. Lire la suite...

Séance du col

«J'ai fait une fausse couche au cours du 5e mois de ma première grossesse. Le médecin m'a explique que c'était dû à une béance du col. À nouveau enceinte, je suis terrifiée à l'idée que le même problème puisse se reproduire.» Puisque votre béance du col a été diagnostiquée, votre obstétricien va pouvoir prendre toutes les mesures préventives pour éviter une nouvelle fausse couche. Une béance du col (c'est-à-dire un col qui s'ouvre prématurément sous la pression de rutérus et du fœtus qui grandit) apparaît dans 1 a 2 % des grossesses; elle serait responsable de 20 a 25 % des fausses couches. Plusieurs facteurs peuvent provoque une béance du col une fragilité génétique du col; une exposition prénatale au diethylstilbestrol, un étlrement extrême ou de graves déchirures au cours d'accouchements précédents; une intervention chirurgicale ou un traitement au laser; des avortements mal pratiqués (surtout vrai avant 1975-1976) ou répétés. Une grossesse multiple peut aussi entraîner une béance du col; mais le problème ne réapparaîtra pas s'il n'y a quun seul bébé lors de la grossesse suivante. Une béance du col ne se diagnostique habituellement quâ loccasion dune fausse couche tardive (deuxième trimestre) qui conclut un effacement (raccourcissement) progressif indolore et une dilatation du col sans contractions utérines apparentes. Actuellement, les médecins cherchent à diagnostiquer ce problème précocement afin de prendre des mesures préventives et amener la grossesse à terme. Les récentes tentatives de diagnostic précoce à l'aide de l'échographie sont fiables entre des mains entraînées. Si vous avez perdu un premier bébé pour cette raison, parlez-en a votre obstétricien immédiatement ; il est indispensable qu'il soit au courant. If est fort possible qu'un cerclage (la suture du col) soit envisage au cours du deuxième trimestre (12e à 16e semaines de grossesse) pour éviter que l'accident ne se reproduise Le cerclage est une intervention simple effectuée en milieu hospitalier après échographie. La patiente doit rester alitée douze heures après l'intervention. Passé ce délai, elle sera autorisée à se lever pour aller aux toilettes, et douze heures plus tard, elle pourra regagner son domicile. Il arrive qu'après un cerclage le médecin proscrive les relations sexuelles et qu'il effectue un plus grand nombre d'examens Parfois, pour éviter un cerclage, on peut prescrire un repos alité complet. Un traitement peut aussi être tenté si une échographie ou un toucher vaginal détectent un début de béance, même si la patiente n'a pas fait précédemment de fausse couche tardive. Le moment où le fil posé sur le col sera enlevé dépendra d'une part de votre médecin et d'autre part du type de suture pratiqué. En règle générale, on enlève le fil quelques semaines avant la date prévue de l'accouchement. Mais on peut le laisser en place jusqu'au début du travail, sauf en cas de saignement, d'Infection ou de rupture de la poche des eaux. Quel que soit le type de prévention pour lequel votre médecin optera, votre grossesse n'en sera pas pour autant menacée. Cependant, vous devrez rester attentive à tout signe de problème imminent durant le deuxième trimestre et au début du troisième : pression dans le bas de l'abdomen, pertes vaginales accompagnées ou non de sang, fréquentes envies d'uriner, sensation de grosseur dans le vagin. Si vous ressentez un de ces symptômes, rendez-vous immédiatement chez votre médecin ou au service des urgences le plus proche. Lire la suite...

Fausses couches tardives

«Il paraît que passé les trois premiers mois, les fausses couches ne sont plus à craindre. Mais je connais une femme qui a perdu son bébé au cours du 5e mois.» Bien qu'il soit fondamentalement vrai qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter après le 1er trimestre, il arrive cependant parfois qu'une femme perde son bébé entre la 12e et la 20e semaines. On appelle ça une fausse couche tardive. Celles-ci représentent moins de 10 % des fausses couches et se produisent rarement pendant les grossesses sans risque et sans incident. Après la 26e semaine, lorsque le fœtus pèse plus de 500 g et qu'il a une chance de survivre, avec des soins appropriés, en dehors de l'utérus, on considère cela comme une naissance prématurée et non plus comme une fausse couche. Contrairement aux causes d'une fausse couche précoce, qui se rapportent au fœtus, les causes de la fausse couche pendant le 2e trimestre sont habituellement liées au placenta ou à la mère. Il peut arriver que le placenta se décolle prématurément de l'utérus, qu'il soit anormalement implanté, surtout en cas de malformation utérine, ou qu'il ne produise pas les hormones nécessaires à la poursuite de la grossesse. Il est possible que la mère ait pris certains médicaments ou subi une opération qui affecte ses organes pelviens ; ou encore elle peut souffrir d'une sévère infection, d'une maladie chronique impossible à soigner, d'une importante malnutrition, d'un dysfonctionnement endocrinien, d'une incompatibilité du facteur Rhésus avec le fœtus qui n'a pas été traitée, de myomes (tumeurs de l'utérus), d'une malformation de l'utérus ou d'une béance du col. Enfin, les traumatismes physiques importants, comme les accidents, semblent favoriser les fausses couches. Les symptômes avant-coureurs d'une fausse couche au cours du 2e trimestre comprennent des pertes roses pendant quelques jours ou des pertes brunes abondantes et des contractions utérines plus ou moins douloureuses. A ce stade, on prescrit souvent le repos alité. Si les traces de sang disparaissent, c'est plutôt rassurant et vous pouvez reprendre une activité normale après avis médical Cependant, si on découvre que votre utérus a commencé à se dilater, on peut diagnostiquer une béance du col et pratiquer dans certains cas un cerclage lune suture pour fermer l'utérus jusqu'aux dernières semaines de la grossesse). Cela peut souvent prévenir la menace de fausse couche. Si, d’autre part, les traces de sang se transforment en saignements abondants et sont accompagnées de contractions, la fausse couche est imminente et probablement inévitable. L'hospitalisation est nécessaire pour prévenir l’hémorragie ; la persistance des contractions et des saignements, après une fausse couche, indique que la fausse couche est incomplète el il faudra peut-être pratiquer un curetage pour assurer la vacuité utérine. En déterminant les causes d'une fausse couche tardive, il est possible d'empêcher que cette tragédie ne se reproduise. Si on a diagnostiqué une béance du col, on peut prévenir une fausse couche ultérieure par un cerclage au début de la grossesse, avant que le col ne commence à se dilater. Si la cause est une insuffisance hormonale, une substitution d'hormones peut permettre aux futures grossesses de se dérouler normalement. On peut aussi surveiller les maladies chroniques, telles que le diabète ou l'hypertension, et éviter les infections aiguës ou la malnutrition. Enfin on peut, dans certains cas, corriger une malformation de l'utérus ou des fibromes par la chirurgie, avant la conception. Lire la suite...

Fausse couche tardive

On parle d'une fausse couche tardive lorsque l'expulsion spontanée d'un fœtus survient entre la fin du 1er trimestre et la 25 semaine de la gestation. Passé ce délai, le fœtus est viable à l'extérieur de l'utérus : on parlera alors d'un accouchement prématuré, même si la survie de l'enfant n'est possible que grâce à l'appui considérable du personnel et de l'équipement d'une unité de soins intensifs. La fausse couche tardive est généralement due à un problème de santé chez la mère, à l'état de son col ou de son utérus, ou encore à des déficiences placentaires ou à l'usage de drogues ou autres substances toxiques. Symptômes et signes. On peut craindre une fausse couche tardive lorsqu'on constate la présence d'un écoulement rosé plusieurs jours durant, ou d'un écoulement brunâtre et peu abondant, mais qui dure un certain temps, parfois accompagné de perte de liquide amniotique. La fausse couche est probablement inévitable si le saignement est plus abondant, surtout s'il est accompagné de contractions. Traitement. On prescrit souvent le repos complet devant la menace d'une fausse couche tardive. On autorise habituellement une reprise des activités normales quand les traces de sang disparaissent, déduisant alors que le phénomène n'était pas dû à une fausse couche. Si le col a déjà commencé à se dilater, on diagnostiquera une béance du col et le médecin pratiquera, dans certains cas, un cerclage pour prévenir la fausse couche (on coud le col pour qu'il reste fermé, comme une bourse dont on serre le cordon). Quand des saignements abondants et des contractions laissent à penser qu'une fausse couche est en cours, on oriente les soins en fonction de la santé de la mère. Une hospitalisation peut être requise pour prévenir l'hémorragie. Quand les contractions et les saignements persistent après la fausse couche, on procède à une dilatation et à un curetage pour éliminer tout ce qui pourrait subsister de l'embryon ou du fœtus. Quand il est possible de déterminer la cause de la fausse couche tardive, on fera en sorte d'éviter que cela ne se reproduise. Ainsi, si c'est une béance du col qui a provoqué la fausse couche, on pourra pratiquer un cerclage au début de la prochaine grossesse, avant que le col ne commence à se dilater; s'il s'agit d'une insuffisance hormonale, on régularisera la sécrétion des hormones de façon à ce que les futures grossesses puissent se rendre à terme; si une maladie chronique, comme le diabète ou l'hypertension, en est la cause, on surveillera de plus près son évolution; si c'est une infection aiguë, on la soignera; enfin si c'est une malnutrition, on prendra des mesures préventives. Dans certaines circonstances, on pourra corriger par la chirurgie un utérus anormalement formé ou déformé par la croissance de fibromes ou autres tumeurs bénignes. Lire la suite...

Troubles du sommeil

«Jusqu'à présent, je n'avais jamais eu de problème pour dormir. Maintenant je n'arrive plus à trouver le sommeil.» Votre esprit court la campagne, votre ventre grossit, il n'y a rien d'étonnant à ce que votre sommeil soit perturbé. Pour combattre l'insomnie, vous pouvez essayer les astuces qui suivent: - Faites suffisamment d'exercice. Un corps qui travaille le jour se reposera la nuit. Mais ne faites pas d'exercice avant de vous coucher, car cela pourrait vous empêcher de dormir. - Mangez calmement. N'avalez pas votre repas en regardant la télévision : installez-vous à table avec votre mari et conversez agréablement. - Instaurez un rituel du coucher et respectez-le. Après dîner, prenez votre temps, détendez-vous. Lisez un bon livre ou regardez un film, écoutez de la musique, prenez un bain... pas trop chaud. - Assurez votre confort. Vérifiez que votre lit n'est ni trop chaud ni trop froid, que votre matelas est suffisamment ferme et votre oreiller confortable. Plus tôt vous dormirez sur le côté gauche durant votre grossesse, meilleur sera votre sommeil par la suite. - Prenez l'air. Une pièce mal aérée ne favorise pas le sommeil. Aussi aérez votre chambre avant de vous coucher et s'il fait trop chaud, utilisez un ventilateur. Ne dormez pas la tête enfouie sous les couvertures. Cela diminue le taux d'oxygène et augmente celui du gaz carbonique que vous respirez, favorise les maux de tête. - Ne vous mettez jamais au lit si ce n'est pas pour dormir. - Si de fréquentes envies d'uriner perturbent votre sommeil, buvez moins à partir de quatre heures de l'après-midi, cela accentue les mictions nocturnes. - Faites le vide dans votre esprit. Si vous perdez le sommeil à causes de vos problèmes, essayez de les résoudre dans la journée. Et oubliez vos soucis avant de vous coucher. - N'ayez recours ni aux médicaments ni à l'alcool pour trouver le sommeil. Non seulement ils sont dangereux pendant la grossesse, mais ce sont des solutions illusoires. Ne consommez pas de caféine (thé, café, chocolat) l'après-midi. - Couchez-vous plus tard. Il est possible que vous ayez besoin de moins de sommeil que vous ne pensez. Retarder votre heure de coucher peut, paradoxalement, améliorer votre sommeil. Écourter les siestes peut également y contribuer. - Jugez les bienfaits de votre nuit à votre sensation de bien-être et non pas en vous référant au nombre d'heures. Souvenez-vous que les gens qui prétendent souffrir de troubles du sommeil dorment en réalité beaucoup plus qu'ils ne le pensent. Aussi si vous ne vous sentez pas constamment fatiguée (au-delà de la fatigue normale de la grossesse), il est fort probable que vous dormez suffisamment. - Ne vous inquiétez pas outre mesure de votre insomnie : elle n'entrave pas le développement de votre bébé. Quand vous n'arrivez pas à trouver le sommeil, relevez-vous et lisez, tricotez ou regardez la télévision jusqu'à ce que vous vous sentiez fatiguée. Lire la suite...

Toux

La toux est un réflexe normal provoqué par une irritation de la gorge, du pharynx et des muqueuses qui tapissent les voies respiratoires. Elle accompagne généralement une infection du nez, de la gorge ou des sinus. La toux a pour objet de déloger l'excès de mucosités ou de glaires qui sont soit remontées dans la gorge en provenance des poumons, soit descendues du nez ou des sinus. La toux « décroche » les mucosités, les amène dans la bouche. Elles descendent ensuite dans l'estomac, où les sucs gastriques détruisent tous les germes qu'elles pouvaient contenir. Les toux nocturnes sont parfois dues aux mucosités qui descendent du nez et des sinus jusque dans la gorge. Que faire ? Une toux qui est provoquée par une irritation et non par la présence de mucosités est une toux sèche, elle est improductive et gêne un petit enfant au point de l'empêcher de dormir. Une toux qui dé- loge un excès de mucosités et soulage le malade est une toux grasse. Il faut bien faire la différence entre toux sèche, improductive, et une toux grasse, productive, parce qu'on ne les soigne pas de la même façon. Les médicaments calmants servent à supprimer les toux improductives, et les médicaments expectorants sont faits pour faciliter l'expulsion des mucosités. Demandez à votre médecin de vous prescrire une potion calmante que vous garderez en réserve pour le cas où votre enfant aurait des quintes de toux d'irritation. Vous pourrez le soulager, la nuit, en le changeant de position : en l'allongeant sur le côté, par exemple, ou en l'installant en position mi-assise au moyen d'oreillers (mais uniquement s'il a plus d'un an et ne risque plus de s'étouffer). Ne laissez jamais les accès de toux s'éterniser : ils pourraient provoquer des vomissements. N'attendez pas de parvenir à ce stade pour consulter votre médecin. Par contre, il ne faut jamais supprimer une toux grasse parce que cette toux-là est utile : elle aide le malade à surmonter une infection en débarrassant les voies respiratoires de leurs mucosités. Si une toux grasse se prolonge au-delà de quarante-huit heures, il faut appeler le médecin. Lire la suite...

Apprendre à s’asseoir

Il est plus facile d'apprendre à se placer en position verticale qu'en position assise. Un enfant qui sait se dresser met de trois semaines à un mois pour apprendre à s’asseoir normalement. En général, il se laisse tomber sur les fesses, d'un coup, ou, s'aidant des mains, il glisse jusqu'au sol en s’appuyant à un support. En attendant, il s’immobilise sur place et réclame votre aide à grands cris. Comme il s'écoulera facilement trois semaines avant qu'il s'assoie seul, vous avez quelques chances de vous énerver. Ne manifestez pas votre mauvaise humeur et asseyez-le sans brusquerie. Lire la suite...
Time executed 0.0046 seconds
  • Position pour dormir apres cerclage | Guide de Nourrison