Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/guideden/public_html/wp-content/plugins/fast-wordpress-search/fwp-search.php on line 210 and defined in /home/guideden/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 1247

Resultados para: "waptrick femme et animaux"

Vous regardez acoucher , enfant Et / ou d'autres éléments liés à votre recherche waptrick femme et animaux. Trouver les meilleurs conseils pour aider au développement de leur grossesse. accouchement naturel expulsion video, www tubidy com, Six Video Tubidy, tubidy com, créer un compte tubidy, Tibudy com, siatique difficulte a marcher durée.

Les animaux domestiques et l’hygiène

Si vous avez des animaux domestiques, il convient de mettre quelques autres règles d'hygiène en pratique. Empêchez-le d'embrasser le chat ou le chien sur le museau et encouragez-le à se laver les mains lorsqu'il aura joué avec lui ; ne pas toucher d'aliments après avoir flatté un animal doit devenir une pratique habituelle. Si l'animal vient à avoir des vers, des puces ou des tiques, par exemple, interdisez tout contact avec lui tant que le traitement vétérinaire n'aura pas agi. Les teignes annelées peuvent également provoquer un herpès contagieux de la peau. Cette maladie, transmise par les animaux, est fréquente chez les enfants. Si vous avez un doute, consultez votre médecin. Lire la suite...

L’extension du vocabulaire

Le vocabulaire de votre enfant ne cesse de s'enrichir, et les mots qu'il retient le plus facilement sont ceux qui se rapportent à sa vie de chaque jour : les noms de personnes, d'animaux, d'aliments ou ceux qui définis- sent ses activités habituelles. Les premières acquisitions portent sur des noms d'animaux connus : chat, chien, poule, vache, mouton, et sur leurs cris. Il apprend très vite le nom des jouets qu'il préfère aux autres et, ce qui est important, les mots qui lui permettent de modifier son environnement grâce à votre intervention, tels que : là-haut, dehors, ouvert, fermé. Certains enfants se constituent vite un vocabulaire étendu, d'autres n'assimilent que trois nouveaux mots par mois. A deux ans, un enfant connaît en moyenne 200 mots. Lire la suite...

Inquiétude pour votre femme

«Je sais que la grossesse et l'accouchement sont aujourd'hui sans danger, mais je n'arrête pas de me m'inquiéter de ce qui peut arriver à ma femme On ne peut nier qu'une femme enceinte a l'air vulnérable. Vous avez le désir très naturel, en tant que mari amoureux, de la protéger de tous les dangers possibles. Mais vous pouvez vous détendre. Votre femme est absolument à l'abri du danger. De nos jours, il est extrêmement rare qu'une femme meure des suites d'une grossesse ou d'un accouchement. Cela n'arrive qu'aux femmes qui n'ont bénéficié ni de soins prénatals ni d'une alimentation adéquate. Mais même si la grossesse ne présente aucun danger physique sérieux pour votre femme, vous pouvez quand même contribuer à la lui rendre plus sûre et plus agréable : assurez-vous qu'elle bénéficie des meilleurs soins médicaux et qu'elle s'alimente le mieux possible ; donnez-lui l'occasion de se reposer pendant que vous faites la vaisselle, le dîner ou le ménage ; et donnez-lui le soutien affectif qu'elle ne peut obtenir de personne d'autre (quels que soient les progrès de la science obstétricale, les femmes enceintes seront toujours vulnérables du point de vue émotif). Lire la suite...

Rôle de la sage-femme

Il ne faut pas négliger le rôle de la sage femme, essentiel à la bonne marche des maternités publiques ou privées. La sage-femme est un aide précieux pour l'obstétricien. Sa fonction consiste à prendre en charge, sous surveillance médicale, les consultations, les accouchements et les suites de couches. En hôpital, c'est souvent elle qui pratique l'accouchement. En clinique, elle est chargée de toute la surveillance du travail jusqu'à l'accouchement, que l'obstétricien pratique lui-même dans la plupart des cas. Elle n'est pas habilitée à pratiquer un forceps ou un acte chirurgical (césarienne par exemple). Néanmoins, c'est elle qui saura si la grossesse ou l'accouchement risque d'être pathologique : elle fera alors appel au praticien. Lire la suite...

Listériose

«Une de mes amies a contracté la listériose pendant sa grossesse et a accouché prématurément. Comment éviter que cela n'arrive ?» La listériose est une affection très grave pour le fœtus, liée à un bacille (Listeria monocytogenes) qui atteint beaucoup d'animaux : leurs souillures infectent fruits, légumes, lait, viande, œufs... Cela justifie donc une prévention efficace par une hygiène courante: laver correctement fruits et légumes, cuire suffisamment les aliments, éviter les fromages trop artisanaux. Peu fréquente (1 cas sur 1 000) heureusement, le médecin la soupçonne néanmoins systématiquement chez la femme enceinte en cas de septicémie, d'atteinte méningée, et souvent d'épisode grippal avec frissons modérés et douleur diffuse. Devant de tels symptômes, il prescrira une hémoculture (recherche des germes dans le sang), pour établir le diagnostic, et prescrira immédiatement, sans attendre le résultat, un traitement antibiotique. En effet, si la listériose est sans gravité pour la mère, elle est, en revanche, redoutable pour le fœtus. Elle présente un danger d'avortement et, en fin de grossesse, elle entraîne un accouchement prématuré, voire la mort du fœtus in utero (75 % des cas), dans ce dernier cas, le diagnostic n'est posé que rétrospectivement, à partir de prélèvements. Cependant, la listériose réagit remarquablement au traitement antibiotique. Aussi, devant tout épisode fébrile, prévenez votre médecin. Il fera pratiquer le prélèvement nécessaire et mettra en route le traitement sans plus attendre. Le danger sera ainsi écarté. Lire la suite...

Vers

Ascaris Beaucoup de chiens et de chats sont porteurs de ce ver rond dont les œufs passent dans leurs excréments. Si votre enfant joue dans un endroit que ces animaux ont souillé et si, ensuite, il suce son pouce, il sera peut-être contaminé. Les larves perforent la paroi intestinale, passent dans le sang et s'introduisent dans les poumons. Une quinte de toux les projette dans la bouche. De là, elles sont ingérées, repartent dans l'estomac et se développent dans l'intestin grêle. Tout cela peut passer inaperçu, sauf si l'enfant est porteur de plusieurs ascaris. Que faire ? Mieux vaut prévenir que guérir. Ne laissez pas les animaux de la maison souiller les aires de jeu de votre petit et soyez vigilante si vous fréquentez un jardin public. Si vous constatez que votre enfant a des ascaris, consultez votre médecin. Oxyures Les oxyures sont des vers de couleur blanche, minces comme des fils, mesurant environ 6 millimètres, qui infestent le rectum. Les femelles viennent pondre leurs œufs à l'extérieur de l'anus, provoquant de vives démangeaisons, surtout la nuit. Quand l'enfant se gratte, il arrive qu'il ramène des œufs sous ses ongles. S'il porte la main à sa bouche, il les avale. Que faire ? Si vous remarquez que l'enfant se gratte dans la région anale^ particulièrement le soir, recueillez ses selles et examinez-les pour savoir si elles contiennent ou non des oxyures. Si vous en découvrez, parlez-en à votre médecin. Il prescrira un vermifuge à absorber en une seule fois et qui détruira vers et œufs. Comme l'infestation se propage facilement dans une famille, chacun de vous devrait suivre le traitement. Coupez les ongles de l'enfant assez court, veillez à sa propreté corporelle et obligez-le à se laver les mains. Lire la suite...

Agacement dû aux sautes d’humeur

«Je sais bien que les changements hormonaux sont responsables des sautes d'humeur de ma femme. Mais je ne sais pas combien de temps encore je pourrai les supporter.» Si la patience est une vertu, vous devrez être très vertueux pendant le reste de la grossesse de votre femme. Une stabilisation des hormones s'établit vers le 4e mois ; ses pleurs et ses humeurs maussades, qui ressemblent à celles de la période prémenstruelle, s'atténueront alors. Mais le stress occasionné par la grossesse se poursuivra. Certaines femmes continuent à avoir des émotions en dents de scie et à se sentir vulnérable jusqu'à l'accouchement. Cela ne sera sans doute pas facile et, de temps à autre, il se peut que vous trouviez que c'est presque insupportable. Mais vos efforts seront récompensés, n'en doutez pas. Vous dissiperez plus rapidement votre susceptibilité en faisant preuve de compréhension plutôt que de colère et d'impatience; en offrant votre épaule pour consoler les pleurs de votre femme pendant quinze minutes, vous éviterez de supporter le poids de son anxiété refoulée pendant plusieurs jours. Essayez de garder à l'esprit que la grossesse n'est pas un état permanent, et que le changement d'humeur de votre femme est aussi temporaire que ses changements de silhouette. Lire la suite...

L’étude des couleurs

Appliquez-vous toujours à faire observer les couleurs à votre enfant : « Ah ! voilà la boîte blanche ». « Donne-moi le crayon jaune ». « Qu'elle est belle, ta jupe rouge ! ». Mentionnez les couleurs des fleurs, dans votre jardin, sur votre balcon ou dans les parcs publics. Faites-lui discerner les nuances en décrivant le pelage des animaux et surtout le plumage des oiseaux. Expliquez-lui comment on obtient les diverses couleurs : « Nous allons mélanger un peu de rouge avec du blanc. Voilà, cela donne du rose. Mélangeons du jaune et du bleu pour obtenir du vert... ». Parlez-lui de l'arc-en-ciel : à ses yeux, c'est une merveille. Lire la suite...

Syndrome de solidarité

«C'est ma femme qui est enceinte, mais j'ai l'Impression de souffrir, moi aussi, de nausées matinales!» Il est possible que vous fassiez partie des futurs pères (le nombre varie d'une étude à l'autre : 11 à 65 %) qui souffrent du syndrome de solidarité pendant la grossesse de leur femme. Les symptômes apparaissent le plus souvent pendant le 3e mois et resurgissent au moment de l'accouchement ; ils peuvent ressembler à presque tous les symptômes caractéristiques de la femme enceinte : nausées, vomissements, douleurs abdominales, changements d'appétit, goûts étranges, constipation, crampes dans les jambes, étourdissements et changements d'humeur. On a émis plusieurs théories pour expliquer ce phénomène; ces théories peuvent toutes s'appliquer à vous, du moins en partie: l'identification à la femme enceinte ou la compassion à son égard; la jalousie parce que vous vous sentez mis à l'écart, et le désir qui en résulte d'attirer l'attention; la culpabilité face à la responsabilité que vous avez d'avoir mis votre femme dans un état aussi pitoyable; la tension occasionnée par la vie en commun avec une femme devenue irritable, maussade, et peut-être sexuellement inabordable; et l'appréhension face à la prochaine extension de la famille. Bien sûr, il est possible que vos symptômes soient ceux d’une maladie; il est donc conseillé de consulter un médecin. Mais si l'examen ne démontre aucun problème physique, le diagnostic sera probablement la solidarité. La raison, si vous pouvez l'identifier, peut vous aider à trouver le remède. Par exemple, si la jalousie en est la cause, vous pouvez soulager vos nausées matinales en participant davantage à la grossesse de votre femme. Si c’est l'anxiété de devoir manipuler un nouveau-né pour la première fois, n peut être utile de lire sur ce sujet (dans cet ouvrage ou d'autres) ou de passer un moment avec le bébé d'un ami. Même si vous ne pouvez identifier la cause de vos symptômes, le fait de parler avec votre femme de tous vos sentiments se rapportant à la grossesse, la naissance et la paternité aidera à soulager ces troubles psychosomatiques. Si rien de tout cela ne vous soulage, sachez que tous vos symptômes sont normaux et que, s'ils persistent pendant la grossesse, ils disparaîtront après l'accouchement. Un père qui n'est jamais malade pendant la grossesse de sa femme n'a rien d'anormal. L'absence de nausées matinales et d'embonpoint ne signifie pas qu'il ne comprend pas sa femme et qu'il ne s'identifie pas à elle. Lire la suite...

Dangers du travail

« On entend beaucoup parler de conditions de travail malsaines, mais comment savoir si son lieu de travail est sain ? » Les menaces éventuelles liées aux conditions de travail, qui peuvent peser sur les capacités de reproduction des hommes et des femmes, et sur la santé de leurs futurs enfants, commencent à peine à être identifiées et étudiées. Lorsqu'on recherche une relation de cause à effet entre des facteurs d'environnement et des grossesses qui posent problème, les réponses restent évasives. Premièrement, il est difficile de séparer les différents facteurs de risque possibles dans la vie d'une femme, et de prouver qu'un mauvais dénouement ne résulte pas d'un accident génétique. D'autre part, bien que les études sur les animaux apportent souvent des informations intéressantes, il est impossible de certifier que ces résultats s'appliquent aux hommes, puisque, bien sûr, on ne peut pas conduire d'expériences humaines. On ne peut donc déterminer les effets sur les êtres humains que par des études épidémiologiques. Ces études sont effectuées de deux manières : soit en examinant un grand nombre de femmes qui sont exposées à certains produits et en contrôlant une éventuelle augmentation dans un ou plusieurs types de dénouements de grossesse malheureux (fausses couches, malformations de naissance, etc.) ; soit en examinant la similitude de facteurs de risque chez un petit nombre de femmes qui ont eu des problèmes de grossesse Dans les deux cas, de telles études fournissent des indices mais certes pas de réponses certifiées. Selon les connaissances actuelles, il est clair que certains lieux de travail représentent un danger pour la femme enceinte (par exemple, les usines chimiques, les salles d’opération, les centres de radiologie). D'autres lieux de travail sont restés dans l'ombre faute de recherches suffisantes pour établir leur taux de salubrité Mais les dangers liés aux conditions de travail sont vraisemblablement minimes. L'utilisation d'un terminal à écran vidéo, comme ceux des ordinateurs et des traitements de texte, représente une des plus fréquentes préoccupations chez les femmes enceintes. Parce que le terminal a écran émet des radiations, les femmes enceintes qui s'en servaient pour leur travail quotidiennement et qui ont eu des fausses couches, des bébés mort-nés ou atteints de malformations, en ont rendu les appareils responsables. Jusqu'à présent, il semblerait que ces problèmes soient liés au hasard et qu'on ne puisse les associer au terminal à écran ; le niveau des radiations émises, d'après les experts, est beaucoup trop bas (moins élevé que celles du soleil) pour être considéré comme un facteur responsable. On a plutôt suggéré que le stress ou d'autres causes pouvaient être responsables de ces tragédies. Parallèlement, les firmes responsables s'efforcent, par des perfectionnements techniques, de réduire les risques potentiels que peuvent causer leurs appareils. Bien sûr il existe des dangers réels et avérés sur les lieux de travail et la femme enceinte devrait en être avertie. Certains produits sont dangereux, à savoir les gaz anesthésiants, l'arsenic, le benzène, le monoxyde de carbone, les hydrocarbures chlorés, le diethylstilbestrol, le diméthylsulfoxyde, la dioxine, les radiations ionisées, les composés organo-mercuriels, les insecticides d'organophosphate ; une femme enceinte devrait donc les éviter. Certains travailleurs, comme les médecins et les infirmières qui ont accès aux salles d'opération, les radiologues et bien sûr les employés des laboratoires et des pharmacies, connaissent les produits auxquels ils sont exposés. Mais nombreux sont ceux qui les ignorent. Selon la loi vous avez le droit de les connaître et votre employeur est obligé de vous en informer. Vous pouvez aussi obtenir des informations sur les dangers de certains emplois en contactant l'inspection du travail ; vous pouvez souvent avoir des informations concernant la sécurité des machineries et des équipements sur lesquels vous opérez dans le cadre de votre travail, en écrivant directement au service médical attaché à l'entreprise. Si votre emploi vous expose à certains dangers, demandez qu'on vous transfère temporairement à un poste moins exposé ou, si vous le pouvez, prenez votre congé de maternité plus tôt. Même si on considère que les produits chimiques sont ceux qui représentent les risques les plus directs, ce ne sont malheureusement pas les seuls. Les institutrices, les assistantes sociales et toutes celles qui sont en contact avec de jeunes enfants sont susceptibles de contracter des infections dangereuses, telles que la rubéole. Les employées des buanderies et celles qui travaillent dans les services de santé risquent d'être exposées à une variété d'infections ; celles qui manipulent les animaux, qui découpent et inspectent les viandes peuvent contracter la toxoplasmose. Heureusement, on peut souvent éviter les infections, soit par l'immunisation, le port de masques et de gants ou grâce à d'autres types de précautions, ce qui n'est pas le cas pour les produits chimiques. Lire la suite...
Time executed 0.0019 seconds
  • Waptrick femme et animaux | Guide de Nourrison