Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /home/guideden/public_html/wp-content/plugins/fast-wordpress-search/fwp-search.php on line 210 and defined in /home/guideden/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 1247

Resultados para: "xvideos pour enfants"

Vous regardez allaitement , grossesse Et / ou d'autres éléments liés à votre recherche xvideos pour enfants. Trouver les meilleurs conseils pour aider au développement de leur grossesse. accouchement naturel expulsion video, www tubidy com, Six Video Tubidy, tubidy com, créer un compte tubidy, Tibudy com, siatique difficulte a marcher durée.

Les bonbons

A mon avis, c'est un tort de ne jamais donner de bonbons aux enfants. La privation conduit à la dissimulation et au chapardage. Je suis en revanche pour le rationnement des bonbons, sans m'opposer à ce que l'on en offre un en récompense si l'intention est comprise immédiatement. Je donne un bonbon à mes enfants après les repas de midi et du soir. Ce procédé leur a permis de maîtriser leur gourmandise. J'exige toujours qu'ils se lavent les dents après. Lire la suite...

Le « voleur »

La plupart des jeunes enfants ont l'habitude de prendre des objets qui appartiennent aux autres : le maquillage de la maman, les jouets des frères et sœurs ou les clés du papa, simplement pour jouer ; quand cela se produit chez vous, ce n'est généralement pas un problème grave. Les jeunes enfants sont toutefois incapables de concevoir la propriété des autres, et vous pourrez découvrir que le vôtre a volé quelque chose soit dans un magasin, soit chez des amis à qui vous rendiez visite. Dans ce cas, expliquez-lui ce qu'est le vol et que c'est interdit. Il finira par le comprendre. Il n'est pas nécessaire d'emmener l'enfant avec vous pour rendre l'objet volé, sauf si ce travers est devenu une habitude et si vous avez le sentiment qu'il faut recourir à une discipline plus sévère. La plupart des enfants se sentent déjà assez honteux quand ils sont découverts. Lire la suite...

La tradition des couchers joyeux

C'est important: gardez au coucher le caractère joyeux que vous lui avez imprimé dès le début. Pour ma part, je suis prête à faire des concessions pour être sûre que mes enfants ne se coucheront pas en larmes. Le soir, je pardonne de petits écarts que je sanctionnerais s'ils survenaient dans la journée, afin que mes enfants n'emportent pas dans leur sommeil le souvenir d'une voix grondeuse. Il est bon d'organiser des activités agréables et de détente avant le coucher. Quand vos enfants auront grandi, passez une demi-heure en leur compagnie, même si vous ne vous occupez pas directement d'eux: si vous tricotez, si vous lisez le journal, vous êtes proche: cela les réconforte, cela les calme et facilite la transition entre l'atmosphère de la salle de séjour et celle de la chambre à coucher. S'il y a un programme qui leur convient à la télévision, suivez-le ensemble, ou alors jouez avec eux, à moins que vous ne leur lisiez une histoire. Lire la suite...

La dyslexie

Très peu de gens connaissent le sens exact du mot dyslexie, et cette ignorance les pousse souvent à « classer » à tort un enfant dans cette catégorie. Il ne fait aucun doute que certains enfants manifestement intelligents éprouvent des difficultés pour apprendre à lire, mais les spécialistes eux-mêmes ne sont pas d'accord sur l'utilisation correcte du terme « dyslexique » ni sur les causes de ce trouble. Les enfants dyslexiques éprouvent souvent des difficultés d'importance variable au plan du langage. Toutefois, chez la plupart des enfants considérés comme tels, ce sont les difficultés à lire qui sont les plus graves. Les psychologues pensent généralement qu'il s'agit d'une déficience de l'action du cerveau et des muscles qui, tout d'abord, émettent un son, et ensuite entretiennent et manipulent les sons entreposes dans la mémoire. On pense également que la dyslexie pourrait être héréditaire. Elle n'a aucun rapport avec l'intelligence, même si le problème est plus apparent chez les enfants intelligents, dont les difficultés à apprendre à lire sont parfois mises sur le compte de la paresse. Il est important de diagnostiquer correctement a dyslexie, afin que l'enfant puisse recevoir l'aide de professeurs. Lire la suite...

La timidité

Certaines personnes sont timides par nature, et des études montrent qu'environ 10 pour cent des enfants naissent avec un système nerveux qui les prédispose à la timidité. Ces enfants manifestent leur manque d'assurance en reculant devant les expériences nouvelles ; même pendant les réunions ou les fêtes de famille, ils passent le plus clair de leur temps accrochés aux jupes de leur mère ou à se cacher le visage. Ils répugnent également à parler avec des enfants ou des adultes qu'ils ne connaissent pas et préfèrent généralement jouer seuls qu'avec des camarades. Lorsqu’un tel enfant grandit et commence à fréquenter l'école, il peut aussi avoir du mal à se faire des amis. Si votre enfant est timide, ne le brusquez pas et n'essayez pas de modifier sa nature : non seulement c'est impossible, mais cela risquerait d'aggraver encore le problème. Essayez plutôt, quand une nouvelle expérience se profile à l'horizon, de l'y préparer suffisamment à l'avance, pour qu'il ne soit pas surpris ; et, quand il rencontre des personnes inconnues, laissez-lui le temps de s'habituer à elles et de se détendre. Lire la suite...

Quand l’enfant grandit

Peu à peu, les enfants prennent davantage d'indépendance, et on peut avoir l'impression qu'ils ont moins besoin de contact et de réconfort physiques. C'est vrai, dans une certaine mesure, mais ne croyez pas qu'ils n'ont plus besoin de preuves d'affection, surtout les garçons, dont on attend souvent trop tôt qu'ils masquent leurs émotions. J'ai personnellement pour règle de dire chaque jour à mes enfants que je les aime, chaque fois que cette idée me traverse l'esprit ; tous les parents devraient penser à maintenir un contact physique avec leurs enfants, même s'il ne s'agit que de poser une main sur leur genou à la table du petit déjeuner ou de passer un bras autour de leurs épaules en lisant un livre ou un journal, ou encore de les serrer quelques secondes contre soi en parlant de la journée écoulée, au moment de les coucher. En grandissant, les enfants deviennent souvent timides quand vous leur témoignez votre affection en public et ne manifestent plus leur besoin de contact; il faut donc préserver des moments d'intimité, pendant lesquels ils ne se sentent pas gênés par votre attention et votre amour. Si vous avez plusieurs jeunes enfants, il peut être très difficile de vous partager entre eux. L'une de mes amies eut des jumeaux; par nécessité, elle adopta une démarche pragmatique: au lieu d'essayer de s'assurer que chacun de ses enfants bénéficiait d'autant d'attention, elle se consacrait à celui qui avait le plus besoin d'elle à un moment précis, en supposant qu'au fil des mois et des années, la répartition se ferait de manière égale. Vous apporterez le plus souvent la même attention à vos enfants, mais si l'un d'eux en a davantage besoin à un moment donné, consacrez-vous à lui. Lire la suite...

La discipline de 1 à 2 ans

Il a été reconnu depuis toujours que les enfants devaient se soumettre à une certaine discipline. On pensait qu'elle était indispensable pour leur donner les moyens de s'adapter aux règles en vigueur dans le monde où ils étaient appelés à vivre ; plus récemment, on a découvert qu'elle était nécessaire aux enfants pour qu'ils soient heureux, tout simplement, et se sentent « bien dans leur peau ». Les enfants aiment savoir jusqu'où ils peuvent aller. La discipline est essentielle car elle correspond à des besoins. L'enfant qui se conduit de manière disciplinée s'attire des compliments qui sont pour lui autant de gages d'approbation et d'affection. Un enfant sûr d'être agréé et aimé se sent bien à sa place. - Une discipline convenablement adaptée à l'âge est motivante : elle encourage à faire des efforts et apporte des satisfactions en retour. - La discipline révèle à l'enfant la maîtrise de soi et l'existence de la conscience. Cette voix intérieure, entendue très tôt l'accompagnera, le guidera parmi les décisions à prendre et lui fera choisir la conduite à adopter. Sans elle, il serait influençable et pourrait commettre des actions répréhensibles. - L'enfant discipliné recueille l'adhésion de tous, ce qui le satisfait et le sécurise. Lire la suite...

L’importance des chansons enfantines

Les enfants adorent les chansons et les reprennent rapidement en chœur avec vous. Comme pour les histoires, l'intérêt des chansons réside dans leur simplicité, leurs héros, les thèmes répétés et, surtout, dans le rythme, auquel les enfants réagissent très tôt. Ne vous inquiétez pas si vous chantez faux : votre enfant ne le remarquera pas. En fait, jamais vous n'aurez chanté devant un public si enthousiaste ! Les chansons sont importantes pour le développement du vocabulaire et constituent également une forme de communication agréable et amusante. Elles peuvent accompagner certaines tâches quotidiennes, qu'elles permettent de mémoriser agréablement. Elles développeront aussi l'imagination de l'enfant et favoriseront efficacement son goût de la musique et du rythme. Lire la suite...

Le mal des transports

Certains enfants sont plus sujets que d'autres à être malades en voiture. Leur oreille interne est plus sensible au balancement que celle des adultes. Ces malaises disparaissent quand l'enfant grandit ; mais on peut minimiser les risques d'indisposition en prenant quelques précautions. - Si vous avez déjà constaté que votre enfant devient malade en voiture, demandez à votre médecin de vous prescrire un médicament que vous administrerez une demi-heure avant le départ. - Ne servez pas un repas copieux ou riche en matières grasses avant le départ. - Si votre enfant a faim en cours de route, donnez-lui des biscuits secs ou une pastille de glucose. - Ne vous énervez surtout pas. Les enfants ont des antennes et peuvent concevoir une crainte vague qui les prédispose à se sentir mal. La surexcitation ou la peur jouent un rôle important dans le déclenchement du malaise. Les enfants sont plus souvent malades à l'aller qu'au retour. - Ne laissez pas l'enfant s'ennuyer. - S'il pâlit ou s'il devient anormalement tranquille, arrêtez-vous. Ayez toujours un sac plastique dans lequel il peut vomir. - Ayez toujours le nécessaire pour laver votre tout-petit et une pastille de menthe pour lui redonner la « bonne bouche ». Lire la suite...

Ecole maternelle, jardin d’enfants ou garderie ?

Vous avez le choix entre plusieurs formules pouvant convenir aux enfants d'âge préscolaire: le jardin d'enfants, l'école paternelle ou la garderie. Dressez la liste des établissements publics et privés de votre quartier et allez-vous renseigner sur place de façon approfondie. Tout d'abord, entrez en relation avec la personne responsable. Prenez rendez-vous, demandez à visiter les locaux et, si le règlement intérieur le permet, passez-y une heure ou deux. Il ne vous faudra pas longtemps pour vous faire une idée des habitudes de la maison, de la discipline qui y règne, de la valeur du personnel. Observez de quelle façon les enfants sont traités. Examinez le cadre : est-il confortable, plaisant ? Regardez les enfants : ont-ils l'air heureux ? Dans la mesure du possible, faites-vous montrer toutes les installations et prenez contact avec une maman dont l'enfant fréquente l'établissement. Dès que votre choix est fait, demandez si l’on accepterait que vous ameniez votre fils ou votre fille, simplement pour que vous puissiez étudier ses réactions devant tant de nouveautés. Ce premier contact doit avoir lieu plusieurs semaines avant l'entrée de l'enfant dans le groupe. Si c'est réalisable, ne vous bornez pas à une seule visite. Le jour de son entrée, comme vous aurez déjà rencontré des jardinières d'enfants ou des institutrices, votre enfant pensera vous voir bavarder entre amies et cela le rassurera. Peut-être prendra-t-il place de lui-même à l'une des petites tables ou se dirigera-t-il immédiatement vers le bac à sable. S'installera-t-il devant un puzzle ? Ira-t-il feuilleter un album ou choisira-t-il un jouet ? Conseillez-lui de se joindre à ses futurs camarades mais, s'il paraît intimidé, n'insistez pas. Beaucoup d'enfants se comportent ainsi la première fois qu'ils se trouvent dans une situation comparable. Laissez-le prendre son temps. Les écoles maternelles s'ouvrent largement aux parents. Les directrices souhaitent, pour la plupart, que ceux-ci s'intéressent à la vie de l'école. On ne verra pas d'inconvénient à ce que vous restiez un peu auprès de votre enfant. Pour savoir si votre départ ne l'afflige pas, dites-lui que vous allez faire une course et que vous serez de retour dans dix minutes. Revenez comme prévu! Il ne vous cherchera peut-être même pas du regard! A la fin des classes, soyez-là à l'attendre. Surtout, n'ayez pas une minute de retard! Lire la suite...
Time executed 0.004 seconds
  • Xvideos pour enfants | Guide de Nourrison