HIV-AIDS-in-Bali

«Je suis enceinte et à l’occasion d’un test de dépistage, j’ai appris que j’étais séropositive. Quels sont les risques ?»

L’atteinte féminine par le sida est de plus en plus fréquente, essentiellement chez les toxicomanes, la transmission sexuelle directe venant au second plan devant la contamination sanguine.

En l’état actuel des connaissances, il est difficile de savoir si la grossesse a une influence sur l’évolution de la maladie et si elle tend à en accélérer l’issue fatale, essentiellement par pneumopathie. Néanmoins, rien ne permet d’être optimiste dans cette infection. En effet, le fœtus peut être contaminé par voie placentaire (dans 30 % des cas), par voie vaginale, par le lait (30 à 40 % des cas); cela entraîne prématurité, hypotrophie, malformation du crâne et de la face, mortalité par atteinte pulmonaire et neurologique. C’est dire si le danger est grand.

Sachez que tous les bébés de mères séropositives naissent séropositifs. Au cours de leurs premiers mois, environ 70 % d’entre eux deviennent séronégatifs, c’est-à-dire qu’ils sont alors indemnes. Mais pour les enfants atteints qui demeurent séropositifs, le pronostic est sévère; 2 % sont décédés avant l’âge de 18 mois, 60 % à cinq ans, que l’évolution soit rapide ou lente. Aussi, est-ce la raison pour laquelle on vous proposera avant 10 semaines de grossesse, une IVG et, avant la 26e semaine, un avortement thérapeutique.

Si vous avez dépassé ce délai ou si, pour des raisons religieuses ou personnelles, vous souhaitez garder votre enfant, l’évolution de votre grossesse demandera une surveillance intensive, tant pour vous-même que pour votre bébé à la naissance. La gravité du sida explique l’importance que les médecins accordent à la prévention, en proposant au couple un sérodiagnostic systématique prénatal, voire prénuptial.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Sida | Guide de Nourrison