Travail prématuré II

etapes-de-la-grossesse

Quand on ne peut prévenir ou modifier les causes de l’accouchement prématuré, on peut souvent retarder les menaces elles-mêmes. Même un bref sursis peut être bénéfique ; chaque jour supplémentaire passé dans l’utérus (Jusqu’à terme) augmente les chances de survie du bébé. Mais, à l’évidence, on ne tente aucune prolongation de la grossesse si la mère ou l’enfant sont en danger.

La prolongation de la grossesse (ou la prévention d’un début de travail prématuré) peut s’obtenir par un traitement, une restriction de toute activité physique, et, si nécessaire, avec une hospitalisation et l’administration d’agents tocolytiques (médicaments qui détendent les muscles utérins et ralentissent les contractions). Si le traitement est efficace, la future maman pourra rentrer chez elle avec une médication orale et la recommandation de rester au lit.

Mais il est possible de retarder le travail prématuré uniquement grâce à un diagnostic précoce, avant que le col ne se dilate et ne s’efface trop ou que les membranes (poche des eaux) ne se rompent. Puisque le bébé prématuré est plus petit que le bébé parvenu à terme, l’expulsion du fœtus peut se produire avant que le col ne soit dilaté de 10 cm, rendant ainsi l’accomplissement du travail plus rapide. C’est pourquoi il est essentiel de se familiariser avec les signes suivants d’un travail précoce et d’alerter votre médecin si vous avez le moindre doute. Ne craignez pas de déranger votre médecin — quels que soient le jour et l’heure où cela se produit.

– Des douleurs semblables à celles des menstruations, avec ou sans diarrhée, nausées ou indigestion.

– Douleurs dans le bas du dos ou nouvelle forme de douleur dorsale.

– Douleur ou sensation de pression à la base de l’utérus, dans les cuisses ou dans l’aine.

– Changement d’aspect des pertes vaginales, en particulier si elles sont aqueuses ou teintées, striées de rose ou de brun avec du sang. Le passage d’un bouchon muqueux gélatineux et épais, peut précéder ou non ces manifestations.

– Rupture prématurée de la poche des eaux (vous sentez un filet ou un flot de liquide s’écouler de votre vagin).

Il se peut que vous ayez ces symptômes et que vous ne soyez pas prématurément en travail, mais seul votre médecin est en mesure de vous le dire exactement. S’il suspecte un travail prématuré, il vous examinera immédiatement.

Si c’est le cas — en dépit des mesures prises pour prévenir ou retarder l’accouchement —, vos chances de rentrer avec un bébé en bonne santé sont excellentes. Bien sur, votre retour avec le bébé peut être retardé de plusieurs jours ou de plusieurs semaines. Des soins médicaux très attentifs utilisant les techniques les plus récentes de la néonatalogie (soins du nouveau-né) commencent souvent dès le travail. Grâce à des soins continus dans des unités néonatales, même des prématurés d’1 à 1,5 kilo ont toutes les chances de survie et la possibilité de grandir sans séquelles.

Commentaires

Commentaires

Time executed 0 seconds
  • Travail prématuré II | Guide de Nourrison